Connexion - S'inscrire

Personnalise ton thème lili en cliquant sur les icones de ton choix

Personnalise ton thème lili :

blue purple green beige default red

Sondage

Partez-vous en vacances en avion ?

Powered by Partner logo

Le péket

Le péket
Comment voulez-vous qu’il en soit autrement des Liégeois quand on sait la naissance de Tchantchès. Lisez plutôt ce qui suit : le 25 août 760, le quartier populaire du Djus d’la Moûse vit naître un bébé. Il était joufflu et robuste, il souriait aux badauds. Soudain, il se mit à chanter : « Allons la mère Gaspard, encore un verre, encore un verre ». Une brave femme se précipita avec un verre d’eau. Le bébé repoussa le verre et se mit à bouder. Le mari de la brave femme lui tendit alors un biscuit trempé dans du péket, aussitôt le bébé l’avala goulûment et en redemanda. On lui donna alors une bouteille pleine de ce précieux breuvage, il en but une grande rasade comme si c’eût été du lait. La brave femme et son époux adoptèrent cet enfant et lui donnèrent le nom de Tchantchès, c’est-à-dire François en wallon.
Nourri essentiellement avec du genièvre du plus pur grain, l’enfant poussa comme un champignon. Un jour, son père adoptif eut la malencontreuse idée de lui donner un hareng salé, qu’il trouve fort à son goût. Mais le hareng saur excessivement salé enflamma son gosier. Son père lui donna des biscuits trempés dans du péket (eau-de-vie à base de baies de genièvre dont le taux d’alcool varie entre 30 et 40 %. L’appellation péket est typiquement wallonne).
Depuis ce jour, Tchantchès ne put apaiser sa soif qu’avec du péket. Au fur et à mesure qu’il grandissait, ses parents constatèrent que son nez croissait d’une manière démesurée. De plus, il était coloré, rubicond, avec des reflets pourpres et violets. Très vite, son visage servit de modèle pour la fabrication de masques de carnaval. Cette malformation ne venait pas du péket, mais d’un accident survenu le jour de son baptême. La sage-femme qui le portait ne rechignait pas non plus à une bonne rasade. Ce jour-là, elle dut en boire plus qu’à l’habitude et laissa choir Tchantchès sur les fonts baptismaux. L’enfant se cogna malencontreusement le nez contre la pierre sacrée. Vu la dureté de sa tête, l’enfant ne poussa pas un seul cri, mais la croissance démesurée de son organe trouva sa source dans ce traumatisme. Un autre malheur devait encore le frapper. Enfant, il contracta la rougeole. A l’époque, on pensait guérir cette maladie en faisant avaler de l’eau ferrugineuse. Sa mère en fabriqua, faisant macérer, dans un seau rempli d’eau, un fer à cheval. Détestant l’eau, il avala rapidement tout le seau et le fer à cheval se cala dans sa gorge. On ne put jamais l’en retirer. Depuis ce jour, il ne lui fut plus possible de tourner la tête latéralement. Affublé de ces deux disgrâces, il fut rapidement l’objet de rires et de sarcasmes. La veille de l’Assomption en 770, il fût élu Prince de Djus d’la Moüse. Il comprit ce jour-là que la laideur, accompagnée de bonté d’âme et d’esprit, sait se faire aimer.
Lors des Fêtes de Wallonie, on parle aussi d’une fameuse route du péket située dans Namur, malheureusement personne n’a été en état de nous fournir un témoignage probant sur l’itinéraire.

0 commentaires

Lire les réactions
Réagis

Crédit photos: © Sven Laurent

Le goût des Belges est désormais un ouvrage à savourer sans modération. Ecrit par Eric Boschman et Nathalie Derny aux éditions Racine, 192 pages, 34,95 euros dans toutes les bonnes librairies.

Découvrez plus sur Partner logo

Horoscope du jour gratuit

Cliquez sur votre signe pour découvrir votre horoscope du jour en Amour, Travail et Santé!

Dernières notes publiées sur les blogs VIB :