Connexion - S'inscrire

Personnalise ton thème lili en cliquant sur les icones de ton choix

Personnalise ton thème lili :

blue purple green beige default red

Le vin d’Ilok, un trésor croate qui a survécu

Le vin d’Ilok, un trésor croate qui a survécu
Le tourisme œnologique se développe peu à peu en Croatie et attire ceux qui aiment allier vieilles pierres et plaisirs du palais. Dans ce pays qui foisonne de villes médiévales, nous avons mis le cap sur une région moins connue que les côtes de l’Adriatique, la Syrmie. Elle nous a charmés par sa nature préservée, ses vallées traversées par le Danube et ses vignobles. Le fameux vin d’Ilok mérite à lui seul un détour jusqu’à la frontière serbe, à l’extrême pointe de l’est du Comitat de Vukovar-Syrmie. Cultivé à Ilok depuis belle lurette, le cépage traminac est apprécié jusqu’à la Cour d’Angleterre. Ses meilleurs crus ont été servis au mariage du prince Harry.

Un reportage de Valérie Nimal
De Zagreb à Ilok
A l’aéroport de Zagreb, capitale de la Croatie, il est facile de louer une voiture. Il faut compter trois heures et demi pour rejoindre la ville d’Ilok. Sur l’autoroute, le trafic est fluide et le paysage vallonné, cultivé de colza, s’étend à perte de vue. Après avoir des villages typiques et des vallées verdoyantes, nous arrivons dans les vignobles d’Ilok, dont on aperçoit la ville médiévale haut perchée sur une colline. Un arrêt pour profiter de la vue au sommet d’un chemin s’impose. On remarque des rosiers aux pieds des vignes. Au siècle dernier, les vignerons de France et d'ailleurs savaient que les roses étaient plus fragiles que la vigne, plus sensibles aux maladies. Ils plantaient des rosiers en tête des rangs pour prévenir de l’apparition d’un champignon, l’oïdium. À Ilok, la tradition a persisté. On a sorti l’appareil photo et marché à travers les vignes, jusqu’à trouver un point de vue panoramique pour pique-niquer. Au menu : salaisons et fromages locaux achetés dans un village.



Ilocki Podrumi
En remontant vers Ilok, nous conduisons dix minutes jusqu’à l’entrée de la citadelle, garons la voiture au parking (gratuit). Devant un tonneau de chêne et l’enseigne Ilocki Podrumi, nous attend une guide. Mira nous salue chaleureusement et pousse la lourde porte de la cave située dans les sous-sols du Château Odescalchi.



Parmi les vins typiques de Syrmie et Slavonie, le plus réputé est le traminac (ou gewürztraminer), un cépage provenant à l’origine du Tyrol. Mira nous sert un verre avant d’entamer la visite. Un traminac 2016, à la robe dorée. En approchant nos narines, on sent le litchi et surtout l’envoûtant parfum de rose. Mira éclaire le fond de la cave voutée et profonde à l’aide d’une lampe torche. « Si la Croatie n’est qu’un jeune Etat, elle est riche d’une tradition viticole qui a réussi à perdurer, malgré les guerres. La culture du vin a commencé dès l'époque romaine sur les collines d’Ilok… » La guide poursuit : « Notre entreprise vinicole est l’héritière de la production traditionnelle du 15e siècle. Elle est propriétaire de 350 hectares et partage 500 hectares avec les vignerons coopérants. Nous produisons plusieurs vins, dont le traminac, que vous avez goûté, et qui est le fleuron de nos caves. Il peut être vinifié en vin blanc sec ou moelleux, parfois très sucré dans les vendange tardive ou sélection de grains nobles, mais toujours, nous essayons d’atteindre une agréable fraîcheur, force et caractère. »  

La cache secrète
Mira s’est arrêtée devant une grille en fer forgé, fermée de cadenas. « Voici l’une des réserves précieuses, qui renferme nos vins d’archives. Des vins exceptionnels, qui ont failli être volés ou détruits, lors de l’occupation serbe durant la guerre ». Nous sentons dans la voix de Mira que le traumatisme reste vif. « Derrière cette grille, il y a des milliers de bouteilles qui ont été sauvées par un homme, Franjo Volf. Ses deux fils avaient rejoint les forces de l’armée croate, mais Franjo Volf était resté à Ilok pour veiller sur les caves. En tant que chef de cave, il connaissait la valeur de ce trésor. Pendant six ans, les Serbes ont occupé la ville. Ils ont vidé toutes nos barriques de vin pour en faire de la vulgaire grappa. Chaque nuit, durant trois mois, Franjo Volf se cachait, entrait dans ces caves et y déplaçait les vins rares pour éviter leur destruction. Cet homme n’a pas fait la guerre, mais il a sauvé 8000 bouteilles ». Mira enchaîne. « Franjo connaissait l’existence d’une cache dans cette cave, il y enferma les vins et a refermé le mur. En sept ans d’occupation d’Ilok, la moitié des vins a été volée. Le mur qui cachait des yeux du public les vins d'archives n'a été démoli qu'après le retour des habitants d’Ilock, en 1998. Parmi les bouteilles sauvées, il y a le Traminac de 1947. Ce vin a une histoire, que je vous raconterai à la taverne. »



Du traminac à la Cour d’Angleterre
En sortant des caves, nous suivons Mira au restaurant en face. Une table est dressée d’une nappe à carreaux. Elle commande différents verres de blancs et poursuit son récit. « Le traminac de 1947 plaisait beaucoup à la Cour d’Angleterre, au point qu’elle en a commandé 11.000 bouteilles : notre vin a été servi à la fête du couronnement de la reine Elizabeth II, en 1953. Aujourd’hui, il nous reste 89 bouteilles de Traminac 1947 et d’autres vins de références, qui aident nos œnologues à prolonger notre histoire… » Mira évoque aussi du traminac envoyé pour le mariage du Prince Harry et de Meghan Markle en mai 2018. Encore un succès pour Ilocki Podrumi !

Cépages indigènes
Durant cette dégustation, nous avons eu quatre traminac, tous dignes d’intérêt, ainsi qu’un vin bon marché », le graševina, autre cépage local, que l’on boit en apéritif ou que l’on dilue ici avec de l’eau quand il fait trop chaud. Du dernier vin goûté, un vin de glace traminac 2016, on garde un souvenir béat. Produit en peu de quantité car les raisins sont récoltés l’hiver, quand il gèle, ce nectar se vend au minimum 59 euros la bouteille.

Le domaine Principovac
Le lendemain, nous visitons le Domaine Ilocki Pordumi et la résidence d’été des Odescalchi, reconstruite après la guerre, au sommet d’une colline. Au XVIIIe siècle, la famille italienne Odescalchi possédait la ville d’Ilok. En 1710, ils plantèrent les premiers ceps de gewürztraminer dans leur vignoble, sous l’appellation Principovac. En 1864, ils construisirent cette élégante résidence d’été entourée d’arbres, où  se tient actuellement un restaurant doté d’une impressionnante terrasse. En 1945, les nobles héritiers ont fui vers l’Italie, sous le Général Tito qui confisquait les biens.

Le soir, le vent souffle au jardin du domaine et la lune troue le ciel voilé de rose. Un serveur nous apporte un verre de Princeps, une méthode traditionnelle à la robe coquelicot, éclatant sur nos langues, perles de plaisir fruité. Quand on y pense, la Croatie a été si souvent envahie (elle fut romaine, hongroise, italienne, ottomane, yougoslave, serbe, puis croate), mais la viticulture a perduré. Cependant, lors de la guerre de Yougoslavie, tout s’est arrêté.




Une Cheffe de cave
En parlant avec le sommelier du restaurant, nous apprenons que la Cheffe de cave, Vera Zima, est la première femme œnologue dans l’histoire d’Ilok. Depuis vingt ans, Vera règne sur les vins d’Ilocki Podrumi. Mais elle possède aussi ses propres vignes. Après la guerre, sa famille a repris la viticulture, avec l’aide de l’état. Ses champs de panais et de céréales sont redevenus des vignes. Elle a planté du graševina, du frankovka et bien sûr, du traminac. En Croatie poussent 200 cépages. Certes, depuis la fin de la guerre, il y a encore beaucoup de choses à faire pour relancer ce pays. Mais Ilok a réussi à relancer la viticulture et à produire des vins de qualité.

Le lendemain, nous avons visité l’enceinte médiévale, l'église et le vaste musée d’Ilok et logé dans un hôtel de charme sur le Danube. A tale, un voisin est venu nous saluer : ce vigneron d'Ilok avait envie de connaître notre avis sur son vin que nous avions commandé. Un très bon traminac, en l'occurence.

Prolonger le voyage
En voiture, le voyage s’est prolongé dans la région de Vukovar-Srije et en Slavonie, dans la charmante ville de Vukovar, à la confluence du Danube et de la Vuka, et à Vinkovci, qui se targue d’être l’une des plus anciennes villes d’Europe. Comme la Syrmie, sa voisine, la Slavonie nous a étonnés par la beauté des paysages vierges de béton, la simplicité de l'accueil et la gentillesse de ses habitants.



Nos adresses
Un caviste à Bruxelles qui vend des vins de Croatie : Bois tranquille
On peut loger à côté des caves d’Ilocki Podrumi : chambres à louer pour un prix modique (environ 50 euros la nuitée), avec vue sur le Danube. Plus chic, le domaine Principovac popose des appartements et un golf.
Hôtel Dunav à Ilok : belle demeure entourée d’un jardin et terrasse donnant sur le Danube. Cuisine traditionnelle de poissons et de grillades.
Acin Salaš à Ilok : un havre de paix à la campagne, où l’on dort dans d’adorables chalets en bois, dont 2 meublés d’époque.
Cochons, chevaux, terrains de foot, tennis. Idéal pour loger en famille. Taverne authentique et délicieuse.

En Slavonie
Villa Lenije à Vinkovci : un manoir, une table traditionnelle et un spa.

3 musées à visiter
Découvrir les collections archéologiques (de la préhistoire à aujourd’hui) et l’histoire locale :
Musée de la ville de Vinkovci
Le Château Odescalchi (Ilok)
Musée du Château Eltz (Vukovar, photo ci-dessous)

Toutes les news

Dernières notes publiées sur les blogs VIB :