Menace de collision intergalactique??

D'ici quatre milliards d'années, notre galaxie entrera en collision frontale avec Andromède, une galaxie en forme de spirale. Cet événement pourrait modifier sensiblement la place du soleil dans notre constellation. Notre ciel pourrait aussi prendre une toute autre allure.

Une trajectoire qui provoquera une collision

La découverte a été effectuée par des astronomes américains et leur collègue néerlandais Roeland van der Marel, du Space Telescope Science Institute de Baltimore. Ils basent leurs calculs sur des observations du télescope spatial américain Hubble. Il en ressort qu'Andromède fonce droit vers notre galaxie, la Voie lactée, à une vitesse de 400 000 kilomètres/heure. D'ici quatre milliards d'années, les deux systèmes stellaires devraient ainsi entrer en collision.

Pas une catastrophe

Les scientifiques savaient déjà depuis longtemps que les deux systèmes stellaires s'approchaient l'un de l'autre. Mais M. Van der Marel et ses collègues n'ont remarqué que maintenant que leurs trajectoires provoqueront une collision. Actuellement, Andromède se trouve à une distance de 2,5 millions d'années lumière de la Voie lactée, mais elle s'approche de nous à une vitesse vertigineuse. Pour autant que la Terre existe encore à cette période, cette collision ne signifiera cependant pas pour autant la fin des temps. Après la collision, le système stellaire d'Andromède fusionnera probablement avec la Voie lactée. Cela créera un nouveau système stellaire.

Une fusion

À partir du moment où les deux systèmes seront entrés en collision, il faudra encore attendre deux milliards d'années avant qu'ils ne forment plus qu'un seul système. À la suite de la collision, les étoiles des deux systèmes suivront probablement de nouvelles trajectoires. Le soleil se déplacera sans doute aussi vers une autre partie du système stellaire. Tout cela peut sembler plutôt radical, mais les scientifiques prévoient cependant que notre système solaire et la Terre continueront tout simplement à exister. "Dans le pire des cas, Andromède entrera en collision frontale avec la Voie lactée et toutes les étoiles seront propulsées dans des directions différentes," explique le scientifique Gurtina Besla. "La Voie lactée perdra sa forme de crêpe, dans laquelle la plupart des étoiles ont une trajectoire pratiquement circulaire. Les noyaux des systèmes stellaires fusionneront et les étoiles adopteront des trajectoires aléatoires pour former un système stellaire elliptique."

Encore une collision ??

Il y a par ailleurs fort à parier qu’on n’en restera pas à une seule collision. Un autre système stellaire se trouve en effet à proximité d'Andromède : la constellation du Triangle. Il est fort possible que celle-ci entre également en collision avec la Voie lactée et s'intègre par la suite dans le nouveau système stellaire formé par Andromède et la Voie lactée. Selon toute vraisemblance, la collision avec la constellation du Triangle ne se produira qu'après la collision entre Andromède et la Voie lactée.

Fascinant

Le fait qu'Andromède s'approche de la Voie lactée n'est donc pas un scoop. Longtemps, les scientifiques se sont toutefois demandés si cela provoquerait une collision ou si celle-ci pourrait être évitée de justesse. Grâce au télescope Hubble, ils ont désormais pu analyser avec précision l'évolution d'Andromède, et constater dès lors ce qui attend notre galaxie et celle d’Andromède. Le chercheur Roeland van der Marel trouve tout cela fascinant. "Nous connaissons d'autres systèmes stellaires dans l'univers qui entrent en collision ou qui fusionnent. Mais ce résultat est unique, parce qu'il permet de voir ce qu'il adviendra de notre planète, de notre soleil et de notre Voie lactée. C'est réellement fascinant de savoir que nous allons fusionner avec une petite constellation qui a été observée dans le ciel pour la première fois il y a 1 000 ans."

Pas exceptionnel

Des collisions entre systèmes stellaires se produisent régulièrement, mais une collision impliquant la Voie lactée est inédite. M. Van der Marel et ses collègues publieront bientôt les résultats de leurs?recherches dans le magazine scientifique Astrophysical Journal.