Les islamistes radicaux somaliens shebab, qui ont revendiqué dès mardi l'attaque dans un complexe hôtelier de Nairobi ayant fait au moins 21 morts, ont indiqué mercredi avoir agi en représailles au transfert de l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, a rapporté le centre américain de surveillance des sites internet djihadistes SITE.


Les cinq assaillants du groupe shebab, affilié à Al-Qaïda, ont tenu un siège de 20 heures et sont tous morts, selon les autorités kényanes.
Dans un communiqué diffusé par SITE, le groupe affirme que ses combattants ont suivi les instructions du chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri de s'en prendre à des intérêts occidentaux et israéliens. Ils ont attaqué le complexe DusitD2 "en réaction aux commentaires stupides du président américain Donald Trump et à sa reconnaissance d'Al-Qods (Jérusalem) comme capitale d'Israël", poursuit le texte.
Donald Trump a annoncé en décembre 2017 le départ de la représentation diplomatique de Tel-Aviv et la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, rompant avec des décennies de diplomatie américaine et de consensus international.
Le complexe DusitD2 abrite un hôtel d'une centaine de chambres appartenant au groupe thaïlandais Dusit Thani, des restaurants et plusieurs immeubles de bureaux dans un cadre verdoyant, près du centre la capitale kényane.
Le président kényan Uhuru Kenyatta a fait état mercredi matin de quatorze victimes.
Le chef de la police kenyane, Joseph Boinnet, a annoncé dans la soirée un nouveau bilan de 21 morts. Il a ajouté que 28 blessés avaient été admis dans divers hôpitaux de Nairobi, sans toutefois préciser la gravité de leurs blessures.
L'inspecteur général a détaillé les nationalités des victimes: 16 Kényans, un Américain, un Britannique et "trois personnes d'origine africaine qui doivent encore être identifiées".