Les tours de la cathédrale Notre-Dame d'Anvers, d'une hauteur de 123 mètres, feront à partir du 21 janvier prochain l'objet d'une nouvelle restauration et seront dès lors partiellement recouvertes par des échafaudages. Deux ans seront nécessaires pour leur faire retrouver leur éclat d'antan. Le chantier concernera d'abord la partie supérieure des tours - à partir de l'horloge - et se consacrera ensuite, dès l'hiver 2020, à la partie inférieure, a-t-on appris lundi.


La cathédrale d'Anvers est la plus grande construction gothique des anciens Pays-Bas et est un monument protégé. Les tours sont par ailleurs classées au patrimoine mondial de l'Unesco. Celles-ci datent de 1518 et bénéficient régulièrement, à l'instar de la cathédrale, de travaux de restauration.

Le chantier de remise en forme s'attaque cette fois-ci à la paroi extérieure. La pierre naturelle, le jointoyage et les sculptures des tours seront ainsi passés au crible et restaurés là où cela se révèle nécessaire. Un nettoyage des pierres naturelles est également prévu. Les dorures du coq et de la croix au sommet seront par ailleurs remises en valeur.

Les visiteurs devront donc s'accommoder des échafaudages qui voileront une partie de l'édifice pendant la durée du chantier. Qui plus est, le cadran de l'horloge sera démonté afin d'être restauré en atelier. Le carillon et les cloches, qui marquent les heures et demi-heures, ne retentiront par ailleurs plus, ceux-ci devant être retirés par mesure de précaution pendant les travaux. Une sonnerie spéciale résonnera toutefois encore uniquement à l'occasion d'événements particuliers au sein de la cathédrale, a indiqué la Ville. Le concert de carillon sera, lui, maintenu jusqu'au mois d'avril 2019.