De nouvelles émeutes ont eu cours dans la nuit de mercredi à jeudi en Indonésie, dans la capitale Jakarta, après que six personnes ont été tuées lors d'affrontement entre la police et des sympathisants du candidat déchu aux élections présidentielles Prabowo Subianto.


Les protestataires ont lancé des bombes artisanales au pétrole vers les forces de l'ordre et ont attaqué des postes de police près des bureaux de la commission électorale dans le centre de Jakarta. Le feu a été bouté à plusieurs véhicules.
La police a arrêté plus de 250 personnes depuis le début des émeutes mardi soir, a indiqué le porte-parole de la police indonésienne Argo Yuwono. "Elles ont été arrêtées parce qu'elles ont attaqué des officiers et entamé des actions destructives", a poursuivi le porte-parole.
Des feux d'artifice, des flèches, des bombes artisanales ont été saisis.
La police a semblé faire preuve de retenue depuis que six personnes ont été tuées dans la nuit lors d'affrontements entre les émeutiers et les forces de sécurité.
Celles-ci ont visé la foule avec du gaz lacrymogène et des canons à eau alors que les protestataires lançaient des pierres et des feux d'artifice vers minuit mardi, a confirmé la police.
Le président Joko Widodo a été réélu le 17 avril selon un décompte officiel publié mardi, mais l'opposant Prabowo, ancien général, a contestés ces résultats évoquant des fraudes.
Joko a mis en garde mercredi que des actions fermes seraient prises contre les protestataires. Dans un message vidéo, M. Prabowo a demandé aux protestataires de retourner chez eux, leur assurant qu'il contesterait légalement les élections.