Nicolas Maduro dit qu'il pourrait reprendre le dialogue avec l'opposition © BELGA

Le président du Venezuela Nicolas Maduro a déclaré jeudi être prêt à reprendre le dialogue avec l'opposition si elle signe le document issu des négociations intervénézuéliennes de Saint-Domingue, suspendues sine die mercredi.

Ces pourparlers en République dominicaine entre le gouvernement et l'opposition, qui duraient depuis deux mois, portaient notamment sur la date de la prochaine élection présidentielle et sur ses modalités.
La délégation de la Table de l'unité démocratique (MUD), coalition de l'opposition, a refusé de signer le projet d'accord, estimant qu'il n'apportait pas de garanties pour un déroulement équitable du scrutin présidentiel. En revanche, M. Maduro a paraphé le document mercredi lors d'un rassemblement de ses partisans à Caracas.
Aussitôt après, le Conseil national électoral (CNE), accusé par l'opposition de servir les intérêts de l'exécutif, a annoncé que l'élection aurait lieu le 22 avril. "J'ai signé l'accord de Saint-Domingue", a déclaré jeudi le président Maduro. "J'invite tous les partis politiques de la MUD à signer l'accord. S'il y a de nouveaux sujets, nous continuerons à en discuter", a-t-il dit.
Le président socialiste s'est dit disposé "à contribuer à ce qu'il y ait la paix, la tranquillité et la démocratie" au Venezuela. "Je tends toujours la main", a-t-il déclaré. Le dialogue entre la délégation du gouvernement et celle de la MUD a été déclaré "suspendu sine die" mercredi par le président dominicain Danilo Medina, garant du processus.
L'élection présidentielle aurait dû normalement se tenir en décembre 2018. Elle a été avancée à la suite d'une décision de l'Assemblée constituante. Cette assemblée élue en 2017 à l'initiative de M. Maduro est composée de partisans de l'exécutif et dispose de pouvoirs presque illimités.
La MUD a présenté mercredi une série d'observations et de revendications concernant le document de Saint-Domingue, mais M. Maduro a déclaré jeudi que cet accord était pleinement satisfaisant. "Nous sommes parvenus à un accord avancé, progressiste, qui donne des garanties pour que le Venezuela aille vers un processus électoral libre, démocratique", a assuré le président.
Divisée et confrontée à un problème de leadership, la MUD n'a pas encore décidé si après l'échec du dialogue de Saint-Domingue elle allait participer à l'élection présidentielle.