Les autorités chiliennes ont démantelé un vaste réseau de trafic de migrants qui avait fait entrer clandestinement 381 Chinois au Chili, a annoncé la police samedi.


Neuf personnes ont été arrêtées, dont deux anciens élus et un fonctionnaire du ministère chilien des Affaires étrangères, a indiqué la police.
La bande fournissait "à des citoyens chinois, contre le paiement de 5.000 dollars, de fausses lettres d'invitation pour entrer au Chili", a déclaré à la presse un haut responsable de la police, Hector Gonzalez.
"C'est le plus grand réseau de trafic d'êtres humains qui ait existé dans l'histoire de notre pays", a dit Katherine Martorell, sous-secrétaire chargée de la Prévention de la criminalité. "Ce sont 381 citoyens étrangers qui ont été introduits au Chili".
La bande était active depuis 2016. Grâce aux fausses lettres d'invitation, les migrants chinois pouvaient obtenir des visas en prétendant être "des hommes d'affaires venant négocier des contrats, alors que leur but était de rester résider" au Chili, a expliqué Mme Martorell.
Une fois présents en territoire chilien, "ils étaient embauchés par des entrepreneurs, habituellement chinois, qui leur donnaient du travail", a précisé M. Gonzalez.
Neuf personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire, dont un ancien gouverneur de la province de Choapa, dans le nord du Chili, un ancien maire de la ville de Los Andes, dans le centre, et un fonctionnaire en activité du ministère chilien des Affaires étrangères.