Des djihadistes ont lancé mardi une offensive contre les forces du régime, aux confins de leur bastion dans le nord-ouest de la Syrie, des combats ayant tué 18 de leurs combattants et 26 soldats, selon une ONG.


Province dominée par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d'Al-Qaïda), Idleb, dernier grand bastion djihadiste échappant au contrôle du régime syrien, a fait l'objet d'un accord entre Moscou et Ankara sur une "zone démilitarisée".
Mais depuis fin avril, les forces prorégime et celles de Russie ont intensifié leurs frappes aériennes contre certains secteurs aux mains du HTS à Idleb et dans la province voisine de Hama.
Mardi, des djihadistes ont mené une contre-attaque dans le nord de la province de Hama, à Kafr Nabuda, visant les forces du régime qui avaient repris ce village le 8 mai, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Les affrontements ont causé la mort de 18 djihadistes, dont le conducteur d'une voiture piégée qui, en explosant, a tué cinq soldats syriens. Au total, 26 membres des forces du régime ont été tués mardi, selon l'OSDH.
Des raids aériens du régime ont été lancés dans ce secteur, et l'aviation russe a également mené des frappes dans le sud de la province d'Idleb et dans l'ouest de celle, voisine, d'Alep, a indiqué cette source.
Selon l'agence de presse officielle Sana, des "groupes terroristes" --un terme générique désignant l'ensemble des groupes opposés au pouvoir syrien-- ont tiré des missiles contre la partie occidentale de la ville d'Alep, tenue par le régime. Six civils ont été blessés, d'après l'agence.
Au moins 180 civils ont été tués depuis le 30 avril en raison des affrontements, selon l'OSDH.
Depuis fin avril, les bombardements sur le sud d'Idleb et le nord de Hama ont poussé à la fuite plus de 150.000 personnes, selon l'ONU.
Vendredi, l'ONU a sonné l'alarme sur le risque d'une "catastrophe humanitaire" à Idleb si les violences continuaient, lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité.
La Syrie est déchirée depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 370.000 morts, et a poussé à la fuite des millions de personnes.