L'Iran met en garde contre les "conséquences" d'une escalade © BELGA

Téhéran a mis en garde mardi Washington contre les "conséquences douloureuses" d'une "escalade" contre l'Iran sur fond de tensions exacerbées entre les Etats-Unis et la République islamique.


"Il y aura des conséquences douloureuses pour tout le monde s'il y a une escalade contre l'Iran, c'est une certitude", a déclaré le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif dans un entretien accordé à la télévision américaine CNN.

"L'Iran n'a aucun intérêt à l'escalade. Nous avons dit très clairement que nous ne serions pas ceux qui engagent l'escalade mais que nous nous défendrons", a ajouté M. Zarif dans cet entretien en anglais.

"Le fait d'avoir tous ces moyens militaires dans un petit espace navigable (le Golfe, ndlr) est en soi facteur à accidents, surtout avec des gens qui cherchent l'accident", a encore déclaré M. Zarif.

"Il faut faire preuve d'une extrême prudence, et nous pensons que les Etats-Unis jouent un jeu très, très dangereux", a estimé le ministre iranien.

Les tensions entre Washington et Téhéran connaissent un nouvel accès depuis une dizaine de jours, après que les Etats-Unis eurent annoncé un renforcement de leur présence militaire au Moyen-Orient, notamment à destination du Golfe, pour faire face à de présumées "menaces" iraniennes à leur endroit.

Lundi sur Twitter, M. Zarif avait appelé le président américain Donald Trump à faire preuve de "respect" vis-à-vis des Iraniens, affirmant que ses dernières menaces ne mettraient "pas fin à l'Iran".

La veille, M. Trump avait déclaré: "Si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran." Le président iranien Hassan Rohani a pour sa part voulu voir dans les revirements du locataire de la Maison Blanche, qui s'est également dit prêt à dialoguer avec la République islamique, la conséquence de l'esprit de résistance de son pays.

"La Maison Blanche annonce que le peuple iranien doit craindre une attaque américaine, mais deux heures plus tard, la pression du Pentagone conduit le président à s'excuser et à dire: nous n'avons pas l'intention de lancer la guerre ou une attaque (et) nous n'avons nullement pour but de combattre le peuple iranien", a-t-il déclaré dans un discours retransmis par la télévision d'Etat.