Le gouvernement australien a défendu une interdiction du gouvernement turc imposée à ses ressortissants d'assister jeudi aux commémorations de la participation du corps d'armée australien et néo-zélandais (Anzac) à la bataille de Gallipoli lors de la Première Guerre mondiale.


Ankara impose une interdiction à ses propres ressortissants pour des raisons sécuritaires, a commenté mercredi le ministre australien en charge des vétérans Darren Chester dans la presse australienne.
Seuls les visiteurs étrangers enregistrés, soit 700 australiens et 500 néo-zélandais - seront autorisés à pénétrer dans la région de Gallipoli pour le traditionnel Service de l'aube. Celui-ci commémore les premières attaques des soldats de l'Anzac sur la péninsule de l'ouest de la Turquie, aux côtés des Alliés face à l'armée ottomane. Plus de 100.000 soldats sont morts lors de la bataille de Gallipoli, dont 8.700 Australiens, 2.700 Néo-zélandais et 86.600 Ottomans. L'affrontement s'est soldé par une défaite mais est considéré comme le premier fait de guerre pour le corps de l'Anzac, contribuant à forger les identités de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande en tant que nations indépendantes.
Le ministre Chester a mis en avant les bonnes relations entretenues entre l'Australie et la Turquie en dépit des menaces formulées par le président turc Recep Tayyip Erdogan. Après le massacre dans les mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, il avait averti que les Australiens hostiles à l'islam subiraient le même sort que les soldats australiens tués par les forces ottomanes lors de la bataille de Gallipoli.
"Nous avons toujours entretenu de bonnes relations de travail avec les autorités turques locales depuis des années", a assuré le ministre Chester. "Nous respectons profondément la façon dont ils nous laissent visiter le pays, organiser des activités commémoratives, ce qui est très touchant alors que beaucoup d'Australiens perçoivent comme un pèlerinage la visite de Gallipoli le jour de l'Anzac".
"Ce n'est en fait pas sans précédent que les autorités turques interdisent le service aux ressortissants turcs, c'était déjà le cas les années précédentes", a encore fait observer le ministre australien.