La présence de militaires russes au Venezuela viole la Constitution © BELGA

Le chef de file de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido, soutenu par une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis, a estimé mardi que la présence de militaires russes au Venezuela était une violation de la Constitution.


"Il semble que (le gouvernement de Nicolas Maduro) n'ait pas confiance en ses propres militaires, car il les fait venir de l'étranger (...) Ils violent à nouveau la Constitution", a déclaré Juan Guaido devant le Parlement, seul organe contrôlé par l'opposition.

Deux avions russes transportant une centaine de militaires et 35 tonnes de matériel, "dans le cadre de la coopération technique et militaire" avec le Venezuela, sont arrivés à Caracas, a annoncé dimanche l'agence russe Sputnik. Cela a donné lieu à une passe d'armes lundi entre Washington et Moscou.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a prévenu son homologue russe Sergueï Lavrov que les Etats-Unis ne resteraient pas "les bras croisés" si la Russie continuait "d'exacerber les tensions au Venezuela". M. Lavrov a rétorqué en accusant les Etats-Unis de tenter d'organiser un "coup d'Etat" pour renverser le président vénézuélien Nicolas Maduro.

Un peu plus tôt mardi, le ministère des Affaires étrangères russe a souligné que l'envoi de ces militaires avait été fait "dans le cadre de la loi" vénézuélienne.

La Russie "est en train de renforcer sa coopération avec le Venezuela en accord avec la Constitution de ce pays et dans le cadre de la loi", a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

Juan Guaido s'est autoproclamé président par intérim du pays le 23 janvier. Deux mois plus tard, le Venezuela reste confronté à la plus grave crise de son histoire, avec une économie au ralenti, une monnaie naufragée et des pénuries de tout.

Nicolas Maduro de son côté met en avant le soutien de la Russie et de la Chine, les principaux créanciers du pays, qui prennent systématiquement son parti dans les instances internationales comme au Conseil de sécurité des Nations unies.