Le Hezbollah appelle à la "résistance" © BELGA

Le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah, Hassan Nasrallah, a appelé mardi à la "résistance" au lendemain de la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté d'Israël sur la partie du plateau du Golan syrien occupée et annexée.


Le Hezbollah est, avec l'Iran et la Russie, un des plus importants soutiens du régime syrien et combat à ses côtés contre les rebelles et les djihadistes. Il est aussi un des ennemis jurés d'Israël.

Le président américain Donald Trump a signé lundi un décret reconnaissant la souveraineté d'Israël sur la partie du Golan conquise par l'Etat hébreu en 1967 et annexée en 1981. L'ONU n'a jamais reconnu l'annexion israélienne.

La seule option restant aux Syriens pour récupérer le Golan et aux Palestiniens pour reconquérir leurs "droits légitimes" se résume à "résistance, résistance, résistance", a lancé dans un discours télévisé, le chef du Hezbollah.

La décision américaine est "un tournant crucial dans l'histoire entre les Arabes et Israël" qui montre "du dédain pour le monde arabe et islamique" afin de favoriser les intérêts israéliens, selon M. Nasrallah. Elle porte "un coup fatal à ce qui est appelé 'processus de paix' dans la région et qui repose sur (le concept) d'échange de terres contre la paix", a-t-il ajouté.

Il a appelé la Ligue arabe à passer à l'action, même si la Syrie est suspendu de cette organisation depuis la répression sanglante de manifestations prodémocratie pacifiques par le régime en 2011.

Israël accuse le Hezbollah d'établir secrètement dans la partie du Golan encore sous contrôle de la Syrie un réseau militaire. Le Hezbollah est le seul mouvement à ne pas avoir déposé les armes à la fin de la guerre civile libanaise (1975-1990) et a livré trois guerres avec Israël.