Le mouvement islamiste du Hamas a pris le contrôle du poste-frontière côté palestinien de l'unique point de passage de marchandises entre Gaza et Israël, ont annoncé dimanche l'agence de presse palestinienne Wafa et le ministère de l'Intérieur de l'enclave.


Depuis qu'il a évincé le Fatah de la bande de Gaza en 2007, le Hamas contrôle sans partage cette enclave. Il avait accepté de céder le contrôle des points de passage à l'Autorité palestinienne en 2017, lors d'une tentative de réconciliation entre le mouvement islamiste et l'Autorité palestinienne dominée par le Fatah et reconnu par la communauté internationale.
Selon Wafa, l'administration palestinienne du terminal de Kerem Shalom, liée à l'Autorité palestinienne, a annoncé dimanche soir que le Hamas "a expulsé (ses) employés et leur a interdit l'entrée au point de passage".
Kerem Shalom pour les Israéliens, Kerem Abou Salem comme l'appellent les Palestiniens, est l'unique point de passage des marchandises entre Israël et la bande de Gaza, soumise à un strict blocus israélien depuis plus d'une décennie.
Le Hamas a confirmé que les employés de l'Autorité palestinienne avaient quitté le point de passage.
"Les forces de sécurité au point de passage de Kerem Abou Salem ont mis en place des procédures dictées par des impératifs sécuritaires", a expliqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur de l'enclave, Iyad al-Bozoum, dans un communiqué. "Les employés de l'Autorité (palestinienne) du point de passage ont refusé de coopérer sur ces procédures depuis quelques jours et aujourd'hui nous avons été surpris de leur départ", a-t-il précisé.
Selon le communiqué, les marchandises transitaient normalement via le point de passage. Côté israélien, le Cogat, l'organisme du ministère de la Défense chargé des affaires civiles dans les territoires palestiniens, a confirmé que "les camions traversaient" comme à l'ordinaire.
Le mois dernier, le point de passage de Rafah, seule ouverture de la bande de Gaza vers l'Egypte, avait été partiellement fermé pendant une vingtaine de jours après le retrait des fonctionnaires de l'Autorité palestinienne qui géraient ce poste-frontière. Il est désormais géré par le Hamas.