La justice mexicaine a lancé une enquête pour déterminer les causes de l'explosion d'un oléoduc dans le centre du pays qui a fait 89 morts, sans écarter de possibles négligences de la part des autorités.


Le parquet général cherche notamment à déterminer si la perforation de l'oléoduc, qui a précédé l'explosion meurtrière, est le fait de bandes criminelles ou s'il elle a été provoquée par des habitants qui agissaient à titre individuel, ont indiqué lundi des fonctionnaires de cette institution lors d'une conférence de presse.
Selon le procureur Alejandro Gertz, l'hypothèse d'une possible négligence des autorités responsables de l'oléoduc "est une question fondamentale".
"La chronologie des faits doit être absolument claire et précise, pour cela nous allons faire appel à toutes les autorités qui sont intervenues pour qu'elles témoignent dans le cadre de l'enquête", a-t-il ajouté.
Des fonctionnaires du ministère de la Défense, des policiers, des employés de l'entreprise pétrolière publique Pemex, ainsi que des fonctionnaires du gouvernement et du ministère public de l'État de Hidalgo, où s'est produite la tragédie, seront interrogés.
L'oléoduc a été percé vendredi par des inconnus, qui ont fait jaillir un véritable geyser d'essence, selon des images diffusées par les médias locaux.
Cette fuite a attiré quelque 700 habitants de Tlahuelilpan -une localité située à 120 km au nord de Mexico - parmi lesquels des familles entières, qui sont venues recueillir de l'essence avec des bidons et ont été surpris par l'explosion qui a déclenché une énorme boule de feu.
Dimanche, le gouvernement a présenté une chronologie de la tragédie montrant que presque quatre heures se sont écoulées entre la détection de la fuite clandestine et la suspension de la distribution de carburant à travers l'oléoduc.
Le procureur a également déclaré que l'assassinat en janvier de trois chefs de bandes qui volaient du carburant à Hidalgo est un élément qui ne peut être écarté dans le cadre de l'enquête.
Le ministre de la Santé, Jorge Alcocer, a revu une nouvelle fois à la hausse lundi le bilan du drame qui s'établit désormais à 89 morts et 55 blessés.
Les premières cérémonies d'obsèques ont eu lieu dès dimanche, tandis que des familles étaient toujours à la recherche de proches disparus. L'identification des corps pourraient prendre plusieurs semaines.