Trump face à une nouvelle accusation grave, les démocrates veulent enquêter © BELGA

Donald Trump faisait face vendredi à de nouvelles accusations, parmi les "plus graves" à son encontre selon l'opposition démocrate: le président aurait demandé à son ancien avocat de mentir au Congrès, dans un nouvel épisode du dossier russe qui empoisonne déjà sa présidence.


Jeudi soir, le site d'information BuzzFeed a révélé, en s'appuyant sur deux sources policières fédérales anonymes, que Donald Trump aurait demandé à son ancien avocat Michael Cohen de mentir lors de son audition au Congrès en 2017 à propos de discussions sur un projet immobilier en Russie.

L'accusation est grave. Selon BuzzFeed, il s'agit là "du premier exemple de Trump demandant à un subordonné de mentir directement sur ses affaires avec la Russie". Immédiatement, les démocrates ont réagi. "Ces informations selon lesquelles le président des Etats-Unis aurait pu pousser au parjure devant une de nos commissions (...) est l'une des plus graves à ce jour. Nous ferons le nécessaire pour déterminer la vérité", a tweeté Adam Schiff, président démocrate de la commission du renseignement de la Chambre des représentants.

"Si cet article sur Trump qui pousse au faux témoignage est confirmé, alors Trump a commis un délit grave et doit démissionner ou être destitué", a estimé pour sa part le sénateur démocrate Jeff Merkley. Michael Cohen, qui a pris l'habitude de confirmer ou infirmer sur Twitter les informations de presse le concernant, n'a toujours pas réagi. Donald Trump non plus.

M. Cohen, maintenant tombé en disgrâce aux yeux du président, dont il fut pourtant l'un des plus proches collaborateurs, a déjà reconnu avoir menti au Congrès à ce sujet. La question est maintenant de savoir s'il l'a fait de son propre chef, ou non. Le 7 février, M. Cohen doit de nouveau témoigner au Congrès, devant une commission de la Chambre des représentants, désormais aux mains des démocrates. S'il confirmait, sous serment, les révélations de BuzzFeed, ces accusations seraient explosives et ouvriraient la porte à une possible procédure de destitution.