Le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé jeudi de Moscou, où il est en visite, six milliards d'investissements russes dans les secteurs pétrolier et minier au Venezuela, un pays asphyxié par une profonde crise économique.


"Ces deux jours ont été intenses. Nous avons obtenu la garantie d'un investissement pétrolier supérieur à cinq milliards de dollars" et "des contrats supérieurs à un milliard de dollars" liés à l'exploitation minière, a déclaré M. Maduro.

Parti lundi soir pour Moscou, tout juste après avoir reçu son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à Caracas, M. Maduro cherche à obtenir le soutien de ses alliés à un peu plus d'un mois du début de son deuxième mandat, alors qu'il se heurte au rejet d'une grande partie de la communauté internationale.

"Nous soutenons vos efforts visant à aboutir à la paix sociale et toutes vos actions visant à harmoniser les relations avec l'opposition", avait déclaré mercredi M. Poutine, au début de sa rencontre avec M. Maduro dans sa résidence officielle de Novo-Ogarevo, près de Moscou.

Sans donner de date, le président socialiste vénézuélien a expliqué jeudi que les investissements russes dans le domaine pétrolier prendraient la forme d'"entreprises mixtes" russo-vénézuéliennes dont l'objectif sera d'accroître la production du pays sud-américain de "près d'un million de barils" par jour.

En septembre, le président Maduro avait déjà annoncé que le Venezuela allait accroître la production destinée à la Chine à un million de barils par jour, ce qui nécessiterait un investissement de quelque 5 milliards de dollars, selon les experts.

Le Venezuela, qui tire 96% de ses recettes du pétrole, souffre d'un manque de devises qui l'a plongé dans une crise aiguë marquée par de graves pénuries.