Législatives: le Luxembourg pourrait changer de Premier ministre © BELGA

Les élections législatives du 14 octobre au Luxembourg pourraient voir le retour au pouvoir du parti social-chrétien (CSV) et sonner la fin du parcours pour le Premier ministre libéral Xavier Bettel, tombeur de Jean-Claude Juncker en 2013, estiment les analystes.


Toutes les enquêtes d'opinion placent les socio-chrétiens en tête des intentions de vote. Cette mouvance "apparaît comme étant en position de force potentielle", a expliqué mardi à l'AFP Philippe Poirier, politologue à l'Université du Luxembourg.

Le départ de Xavier Bettel, 45 ans, porterait un coup à l'alliance montée par le chef de l'Etat français Emmanuel Macron avec les trois dirigeants libéraux du Benelux, le Néerlandais Mark Rutte, le Belge Charles Michel et le Luxembourgeois pour défendre une Europe "progressiste" contre le "repli nationaliste".

Un renversement des alliances au Grand Duché en 2013 avait permis à Xavier Bettel d'évincer Jean-Claude Juncker, au pouvoir depuis 1995 avec les Socialistes, alors que le Parti Populaire chrétien social (CSV) était arrivé en tête avec 33,6% des suffrages contre 18,25% pour le Parti Démocratique et 20,2% pour les Socialistes, et de devenir Premier ministre d'un gouvernement de coalition avec les Socialistes et les Verts.

Les résultats des élections législatives du 14 octobre diront si cette coalition est en mesure d'être reconduite pour diriger le Grand Duché ou si un nouveau partenariat est forgé. "La première motivation du vote pour les élections législatives, c'est la situation économique du Luxembourg", a souligné M. Poirier.

Le bulletin de santé est plutôt positif, avec un taux de chômage de 5,2% contre 8,1% en zone euro et une croissance du PIB en volume de 5,1% au premier trimestre, deux fois plus élevée que la moyenne des 19.

Mais la campagne a pris un tour identitaire marqué, alors que 48% de la population au Luxembourg est étrangère et n'a dès lors pas accès au vote. Au total, 256.000 électeurs participent au scrutin, soit moins de 43% de l'ensemble de la population.

Les résultats du scrutin devraient être connus dès dimanche soir et une phase de négociations commencera pour la formation d'une coalition gouvernementale.