Les talibans ont lancé une offensive mercredi soir contre trois postes militaires du nord de l'Afghanistan. L'attaque se poursuivait jeudi matin. De nombreux soldats afghans ont été tués, selon plusieurs sources militaires.

L'attaque, vraisemblablement conduite par les unités d'élites des talibans, a commencé autour de minuit dans le district de Dasht-e-Archi, déjà largement sous contrôle insurgé, dans la province de Kunduz.

Le bilan des affrontements reste incertain. Deux sources militaires afghanes ont annoncé, sous couvert d'anonymat, une "quarantaine" de morts dans les rangs de l'armée, tandis qu'un membre du conseil provincial, Mohammad Yosuf Ayoubi, annonçait entre 20 et 25 morts et un nombre indéterminé de blessés.

"Selon nos premières informations, 10 à 15 soldats ont été tués et autant ont été blessés", a affirmé pour sa part le porte-parole du ministère de la Défense, Mohammad Radmanish. "Une contre-offensive terrestre et aérienne a été lancée", a-t-il ajouté.

Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, avance quant à lui un bilan de 16 soldats tombés durant l'assaut, rapporte l'agence allemande DPA.

Selon le porte-parole du 209e corps d'armée qui couvre tout le nord de l'Afghanistan, Mohammad Hanif Rezayee, "les talibans ont utilisé du matériel de vision nocturne" dont seules leurs "unités rouges" sont équipées. "L'attaque visait deux postes, qui sont tombés, ainsi qu'une base militaire, qui a repoussé les assaillants", a-t-il ajouté.

Un commandant local de l'armée afghane joint par l'AFP a évoqué "39 morts et dix blessés" dans ses rangs, regrettant que ses hommes ne soient pas équipés en jumelles de vision nocturne comme les insurgés.

"Nous en avons réclamé plusieurs fois, le ministère de la Défense a promis... mais ils ne les ont toujours pas reçues. Les talibans se sont approchés sans pouvoir être repérés", a-t-il regretté.