Le président sud-africain quitte en urgence le sommet du Commonwealth © BELGA

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a quitté précipitamment le sommet du Commonwealth qui se tient jusqu'à vendredi à Londres en raison de violentes manifestations qui secouent une ville de son pays.

"Pour suivre la situation dans (la province du) Nord-Ouest, le président a décidé d'écourter sa participation à la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth à Londres, où il dirige la délégation gouvernementale", ont annoncé jeudi les services de la présidence sud-africaine.

Des violences ont eu lieu dans la province du Nord-Ouest, notamment autour du chef-lieu Mahikeng, selon la police sud-africaine, qui a annoncé seize arrestations alors que des barricades ont été installées sur plusieurs routes par des habitants revendiquant de meilleurs conditions de logement et de travail.

Le président Ramaphosa a "appelé au calme et au respect des lois dans la province", selon le communiqué publié par ses services. Il demande à la population d'exprimer ses revendications "par des moyens pacifiques plutôt que par la violence et l'anarchie", tout en exigeant de la police qu'elle fasse preuve "de la plus grande retenue" dans l'exercice de ses fonctions.

Le Sommet du Commonwealth, entamé lundi, réunit jusqu'à vendredi les dirigeants de 53 pays. Londres tente d'y resserrer les liens avec les nations de son ancien empire colonial, à moins d'un an de la sortie du pays de l'Union européenne, prévue en mars 2019.