Un responsable de l'ONU a averti jeudi le Conseil de sécurité que la crise aux Maldives, où le président a décrété l'état d'urgence, pouvait encore s'aggraver, selon des sources aux Nations unies.

"La situation aux Maldives est tendue et pourrait encore se détériorer", a déclaré lors d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité le vice-secrétaire général adjoint aux Affaires politiques, Miroslav Jenca, selon ces sources.
Depuis le début de la crise, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a émis deux communiqués appelant les autorités du pays à se conformer à l'état de droit.
Aucune déclaration officielle n'a été publiée à l'issue des premières consultations du Conseil de sécurité sur la crise dans le pays. "Il s'agit d'un problème de politique intérieure", a expliqué un diplomate sous couvert d'anonymat à l'issue de la réunion pour expliquer l'absence d'une déclaration.
Refusant de se conformer à l'injonction de la Cour suprême des Maldives de libérer des prisonniers politiques, le régime du président Abdulla Yameen a décrété lundi l'état d'urgence pour quinze jours dans le petit archipel touristique de l'océan indien. Il a fait arrêter le président de la Cour ainsi qu'un second juge de la haute juridiction. Il a également également fait procéder à une série d'interpellations dans les milieux de l'opposition.