Les observateurs de tendances prédisent une année 2012 chaotique

La fin du monde aura lieu en 2012, le 21 décembre pour être précis. Aucune meilleure perspective en vue, même si nous faisons de notre mieux. Nous et toute une kyrielle d’observateurs de tendances qui en espèrent trop de 2012. Le trend watcher Adjiedj Bakas prévoit, par exemple, qu’en février ou mars, les premières banques vont être incendiées. « Les citoyens sont de plus en plus conscients que le capitalisme ne respecte pas ses propres règles du jeu » affirme-t-il. « Le contribuable est tout doucement en train de se fâcher et cela ne surprendra personne ».

Investissez dans le métal

La société DTTL (Deloitte) l’expose avec simplicité : quoique vous vouliez faire de votre argent en 2012, veillez à acheter du métal. Et pas n’importe quel métal. Pas de l’or ou de l’argent, mais un ou plusieurs des 17 métaux rares. Les matières premières qui sont utilisées dans les écrans LCD, smartphones, éoliennes, voitures hybrides ou éclairage fluorescent. Aucun autre investissement ne rapportera plus, d’après la société DTTL.

Télévision sociale

Elise Moreau pense que l’an prochain, un tas de médias sociaux se feront concurrence à la télévision. Des sociétés comme Facebook, Twitter, Apple ou YouTube cherchent toutes le meilleur moyen d’amener leur plate-forme sur le petit écran. Certains médias sociaux ont déjà une longueur d’avance dans le domaine. 2012 nous révélera tout cela.

Esprit cloisonné

Elise prédit la télé sociale, Mark Townsend accrédite plus la thèse de la virtualisation. En 2012, nous allons virtualiser encore plus de données. Oubliez donc de penser « petites cases » et oubliez les sociétés regorgeant de petites plates-formes individuelles. En 2012, les données figureront sur des disques durs virtuels qui pourront être consultés partout et en permanence. Bientôt, le bureau tel que nous le connaissons actuellement n’existera plus.

Réinitialiser

D’après Christine Boland, l’an prochain nous serons surtout en mode de réinitialisation.  En commençant par une « re-value» : une réévaluation des objets nostalgiques et du patrimoine culturel. Ensuite, une « re-balance », un rééquilibrage qui va nous faire penser et agir en mode plus vert. Enfin, une « re-charge », un rechargement de nos batteries que nous allons pratiquer encore plus souvent dans une société de plus en plus stressante.

Nano

La nanotechnologie fera sa grande entrée l’an prochain. Énorme. Gigantesque même ! D’après les grands fournisseurs de carburant, l’an prochain, les additifs au diesel pleins de nanoparticules seront lancés, les moteurs rouleront donc plus proprement, ils consommeront moins et dureront plus longtemps. Les conducteurs de diesel vont enfin économiser 10 % de carburant. Cela s’intègrera parfaitement à la grande tendance de 2012 : le désir croissant de produits écologiquement responsables.

Toujours moins de cash

Toujours moins d’argent liquide dans nos poches : c’est une tendance déjà perceptible aujourd’hui. Mais, en 2012, la tendance va entièrement se mettre en place, telle que prévue. La preuve : même Google examine de nouveaux moyens de paiement et de leur côté, MasterCard et PayPall développent aussi de nouvelles manières d’acheter des produits et des services. Encore un peu de patience et les pickpockets n’auront plus rien à se mettre sous la dent.

Push & pull

D’après Verizon, 2012 sera une année du « push & pull ». Auparavant, les sociétés imposaient leurs produits aux consommateurs. Dès l’an prochain, les consommateurs inciteront activement les sociétés à créer des produits ou à améliorer les produits existants. Un changement de pouvoir est en marche.

Notre propre boisson d'abord

Fini, l’alcool qui est plébiscité par toutes sortes de VIP de séries B et C ! Au lieu d’acheter du vin, de la bière et des boissons fortes qui sont associées à un visage célèbre, nous choisirons l’an prochain de l’alcool distillé maison. Les petites brasseries et les distilleries domestiques prendront les parts de marché des grandes marques, d’après les prédictions d’Epicurious.

Tapis rouge aux Chinois

L’observatoire des tendances croit en une percée soutenue des Chinois. De plus en plus de sociétés et d’organisations occidentales vont tout faire pour attirer les (riches) touristes et investisseurs chinois. Les signes avant coureurs sont déjà visibles aujourd’hui : à Londres, 70 membres du personnel parlent déjà couramment le Chinois. À Paris, la boutique Printemps a même prévu une entrée réservée aux groupes de touristes chinois.