Le mystère féminin : mode d'emploi

En soixante ans, les femmes ont pris en moyenne cinq centimètres, six kilos et trois pointures de chaussures. Hormis ces quelques détails physiques, le corps de la femme suscite encore bien des interrogations. Gageons que les quelques révélations coquines qui suivent permettront de lever un coin de voile sur ce mystère.

Tout est dans le toucher

Lorsque l'on fait l'amour, tout se passe généralement en-dessous de la ceinture. Or, caresser tendrement les cheveux, les joues ou les paupières de sa (son) partenaire peut être très excitant. Sans oublier d'autres zones érogènes souvent ignorées comme la bouche, le cou ou la gorge.
 
Faites preuve de délicatesse et de doigté, mais aussi d'une certaine fermeté sous peine de voir vos ébats se transformer en séance de chatouilles.

Le cœur féminin bat la chamade

Le cœur féminin bat beaucoup plus vite que celui de l'homme (de 70 à 85 pulsations par minute en moyenne pour l'homme et de 75 à 90 pulsations pour la femme). En revanche, la femme a une capacité cardiaque inférieure à celle de l'homme. Celle-ci est en effet pratiquement une fois et demie plus élevée chez l'homme que chez son alter ego féminin (770 cc en moyenne contre 560 cc).

Des yeux semblables à des feux clignotants

Saviez-vous que les femmes clignent des yeux pratiquement  deux fois plus souvent que les hommes et que les individus aux yeux clairs sont plus enclins à battre des paupières que les personnes ayant des yeux foncés ? Soit dit en passant, lorsque votre femme vous ment, elle vous regarde sans ciller. Elle se reprend toutefois très vite en clignotant de plus belle !

Femme fontaine

Une femme se trouvant dans un état de très forte excitation suite à la stimulation de son point G est parfaitement capable d'éjaculer. Ce phénomène s'apparente à une éjaculation masculine, à la différence près que le liquide émis est plus fluide que le sperme. Au moment de l'orgasme, la femme contracte les muscles du bassin et le liquide est expulsé avec force par le canal urinaire.

Cellules graisseuses

En moyenne, la femme possède une masse graisseuse deux fois supérieure à celle de l'homme (40 milliards de cellules graisseuses contre 20 milliards). Il en résulte un stock excédentaire de 300 000 kilojoules, soit l'énergie nécessaire pour mettre un enfant au monde. Quelques kilos en trop ? Blame it on science !

Le sexe comme analgésique

Grâce à l'action de deux hormones secrétées par le cerveau, la noradrénaline et l'endorphine, l'orgasme féminin peut agir comme un puissant analgésique. Prétexter un mal de tête pour refuser de faire l'amour est donc un véritable non-sens. La noradrénaline procure un sentiment de bien-être et de sérénité tandis que l'endorphine agit sur la douleur.

Lèvres charnues

Au cours de sa vie, Madame-tout-le-Monde utilise incidemment quelque deux kilos de soins pour les lèvres, rouges et gloss confondus. L'expression "Chérie, je suis suspendu à tes lèvres" prend d'emblée une toute autre connotation!

Gencives fragiles

En règle générale, les hommes sont plus sujets aux problèmes dentaires que les femmes. Cela tient à leur mode de vie et à leurs habitudes alimentaires. Toutefois, durant la grossesse, les femmes sont nettement plus sensibles aux pathologies gingivales liées aux bouleversements hormonaux.

Vive les préliminaires !

L'excitation masculine est rapide, mais retombe tout aussi vite. La femme, par contre, parvient plus lentement à l'excitation mais reste longtemps réceptive. Des études ont cependant montré que cet écart a tendance à diminuer avec l'âge. Il ne faut donc jamais désespérer !