Une "Servante écarlate" au bord du suicide? Fausse alerte virale à New York © BELGA

Une "Servante écarlate" prête à se jeter du haut d'un immeuble, inquiète peut-être des atteintes portées au droit à l'avortement? C'est ce qu'a cru voir une jeune New-Yorkaise mais il ne s'agissait que d'un parasol rouge, une méprise qui a enflammé Twitter.


Depuis des mois, entre le mouvement #MeToo et la remise en cause notamment aux Etats-Unis du droit à l'avortement, les manifestations avec des femmes costumées en personnages de la série "La Servante écarlate" se sont multipliées. Elles s'inspirent de cette série mondialement célèbre tirée du roman éponyme de Margaret Atwood (1985), dans lequel les Etats-Unis sont devenus une dictature religieuse, faisant des femmes des esclaves et institutionnalisant le viol. Des manifestations - où ce costume composé d'une longue robe rouge et d'une coiffe blanche était bien représenté - ont encore eu lieu mardi dans de nombreuses villes américaines pour dénoncer de nouvelles lois dans plusieurs Etats supprimant ou réduisant drastiquement le droit à l'avortement. C'est dans ce contexte que Casey McCormick, qui se présente comme une jeune comédienne sur les réseaux sociaux, a cru voir mardi vers 11 heures du matin une "servante écarlate" prête à se jeter depuis le haut d'un immeuble de Manhattan, a expliqué un porte-parole de la police. Après qu'elle eut appelé les secours, deux policiers sont montés sur le toit pour y trouver non une femme désespérée, mais un parasol rouge avec une pointe blanche. Casey McCormick a relaté sa méprise en postant deux photos sur Twitter: l'une, de loin, montrant la silhouette rouge qu'elle avait prise pour une femme suicidaire, l'autre un policier souriant qui tenait le parasol. Son tweet est devenu viral, avec plus de 235.000 "likes" et 71.000 retweets mercredi. Et la police new-yorkaise, volontiers humoristique sur Twitter, de retweeter elle aussi ce message en ajoutant: "Blessed be the umbrella" - "Béni soit le parasol" - un clin d'oeil à la série télévisée où les saluts en forme de bénédictions religieuses sont de rigueur.