En pleine campagne électorale, le président sud-africain est bloqué 4 heures dans un train © BELGA

C'est l'instant insolite de la campagne du président sud-africain: Cyril Ramaphosa s'est retrouvé coincé lundi pendant plusieurs heures dans un train de banlieue, à la suite d'un incident ferroviaire près de Pretoria, ce qui lui a donné l'occasion d'expérimenter la mauvaise qualité des transports publics.


Parti pour faire un trajet de quarante-cinq minutes, il a passé finalement quatre heures dans le train. "Le niveau de frustration" parmi les passagers "est assez élevé", a déclaré à la presse le président, qui a gardé son calme légendaire. "Je suis content d'être venu. J'ai pu voir par moi-même la réalité des gens", a-t-il ajouté, assis sur une banquette du train. En pleine campagne pour les législatives du 8 mai, le chef de l'Etat, vêtu d'une veste aux couleurs de son parti, le Congrès national africain (ANC), a promis de "prendre des mesures pour changer la situation". "Nous sommes très contents que le président ait fait l'expérience de la galère au quotidien de nos passagers", a réagi un haut responsable de l'Agence sud-africaine des chemins de fer (Prasa), Sipho Sithole, expliquant que le train avait accusé un retard après l'attaque à coups de pierres du conducteur d'un autre train. "Si nos trains ne sont pas à l'heure, c'est à cause des attaques continues perpétrées par des voyous contre nos infrastructures", a-t-il ajouté à la chaîne de télévision sud-africaine eNCA. Les Sud-Africains sont appelés à élire leurs députés le 8 mai. L'ANC, au pouvoir depuis la fin officielle du régime de l'apartheid en 1994, devrait conserver la majorité des sièges à l'assemblée nationale, selon plusieurs sondages, et Cyril Ramaphosa, qui tient son pouvoir des députés, devrait être réélu.