Et si les élèves étaient évalués par un logiciel ? © BELGA

Une équipe composée de chercheurs des universités d'Anvers et de Gand ainsi que du centre de recherche Imec a mis au point une plateforme logicielle visant à une évaluation plus juste des travaux scolaires. Celle-ci, appelée "D-PAC", est basée sur une évaluation comparative qui met directement en balance les devoirs entre eux.


Bien que les enseignants doivent le faire quotidiennement, il est souvent très difficile de juger correctement des exposés, des rédactions ou encore des dessins. La note qu'un élève reçoit est largement influencée par l'enseignant, mais aussi par l'ordre dans lequel les différents travaux sont corrigés. Les recherches montrent que les gens sont plus aptes à comparer deux "objets" entre eux qu'à attribuer un score absolu à un seul "objet". Avec D-PAC, les enseignants peuvent désormais appliquer facilement cette méthode comparative. Le logiciel propose notamment des combinaisons aléatoires et sort aussi un classement allant de la qualité inférieure à la meilleure. Le développement du D-PAC a pris quatre ans. Le produit est principalement destiné aux marchés de l'éducation flamand et néerlandais, où des clients payants ont déjà opté pour le logiciel. En parallèle à l'éducation, d'autres secteurs potentiels dans lesquels des évaluations objectives sont requises sont également dans le viseur des chercheurs, notamment tout ce qui concerne les candidatures.