Il accepte de donner son sperme seulement par insémination naturelle © BELGA

Terry, un prénom d'emprunt, accepte seulement de donner son sperme en ayant des rapports sexuels non-protégés avec des femmes qui désirent un enfant.


Terry, un homme de 39 ans, est un donneur de sperme pas comme les autres. Il accepte de donner son sperme, mais seulement par insémination naturelle. "J'adore l'idée de faire l'amour à une femme dans l'optique de la mettre enceinte", raconte-t-il. Il explique notamment être venu en aide à un couple de trentenaire qui n'arrivait pas à procréer. Après plusieurs tests, les amoureux se sont rendu compte que c'est l'homme qui posait problème, c'est à ce moment-là que Terry est intervenu. Six mois plus tôt, il avait eu des rapports non protégés avec une femme lesbienne dont la partenaire pensait qu'elle avait été inséminée artificiellement. "Elle n'avait encore jamais fait l'amour. Mais elle voulait tellement un enfant qu'elle était prête à tout pour le concevoir." Six semaines plus tard, il a appris que la femme était tombée enceinte. Depuis, il n'a plus aucun contact avec elle. Terry n'accepte d'avoir des relations qu'avec des femmes qui ne prennent pas de drogues et qui n'ont pas de MST. Deux conditions obligatoires pour celui qui n'a que des rapports non-protégés. Il affirme également ne pas vouloir aider financièrement ses futurs enfants, ni avoir aucune implication dans leur vie. "Les relations sexuelles sont agréables, celles non protégées encore plus." Tim, un autre donneur de sperme, a pour le moment mis son "activité" en pause à cause de la loi en Grande-Bretagne. Il n'y a normalement aucun problème à donner son sperme. Par contre, si on le donne par insémination naturelle, le père devient responsable de la pension alimentaire pour l'enfant. "Je reçois des conseils juridiques avant d'aller plus loin", conclut-il.