Perchée sur un balai comme Harry Potter, prise au piège d'un sac en plastique, jetée à terre par un chauffard: armée de son appareil photo, une arrière-grand-mère japonaise s'amuse comme une folle en imaginant des selfies farfelus.

Kimiko Nishimoto a bientôt 90 printemps et plus de 41.000 abonnés sur le réseau social Instagram, un succès conquis en seulement deux mois grâce à ses clichés hilarants qu'elle a commencé à publier régulièrement en novembre. Née en 1928, elle a découvert la photo sur le tard après une vie de mère au foyer. Quand elle commence à prendre des cours à 72 ans, c'est le coup de foudre. "J'adore mon appareil photo", confie l'octogénaire à l'AFP. "Je le garde à mon chevet quand je dors, juste au cas où. Je l'ai toujours près de moi." Dix ans plus tard, elle organisait sa première exposition en toute discrétion dans sa ville natale. Mais sa récente conversion aux réseaux sociaux a propulsé sa renommée bien au-delà des frontières de sa province. Mme Nishimoto n'en revient toujours pas. "Au début, je ne savais pas que mes photos étaient aussi populaires", raconte-t-elle,les yeux rieurs. "Ce n'est pas tant que j'essaie de choquer les gens, je prends simplement des photos que je trouve amusantes." On la voit le visage tordu d'angoisse après être prétendument tombée de vélo, pousser son chariot de courses à toute vitesse ou encore être assaillie par une nuée de corbeaux en colère. "Je ne me suis jamais blessée en faisant mes photos", assure-t-elle. Mais "je ne pense pas vraiment au danger."