Le Canada a accordé l'asile à deux personnes ayant aidé à cacher l'Américain Edward Snowden lors de sa cavale à Hong Kong après ses révélations sur l'agence de surveillance américaine NSA, a annoncé lundi une association de protection des droits des réfugiés.


"Vanessa Rodel et sa fille Keana, âgée de 7 ans, sont actuellement dans un vol en provenance de Hong Kong qui atterrira à l'aéroport Pearson de Toronto ce soir", a annoncé l'association "For the refugees", précisant qu'elles se rendront mardi à Montréal pour s'y installer en tant que réfugiés parrainés par le secteur privé.
Interrogé à ce sujet lors d'une conférence de presse, le Premier ministre canadien Justin Trudeau n'a pas souhaité commenter un "cas spécifique".
Le ministère canadien de l'Immigration n'a pas non plus voulu en dire davantage, mais a précisé que "dans des circonstances exceptionnelles", les dossiers de demandes d'asile pouvaient "être accélérés" par rapport aux procédures habituelles.
Cinq autres personnes, de nationalité sri-lankaise, sont toujours en attente de la réponse du gouvernement canadien à leur demande d'asile, selon le quotidien National Post.
Originaire des Philippines, Mme Rodel avait caché Edward Snowden dans son appartement de Hong Kong en 2013 après les révélations de l'ancien sous-traitant de la NSA sur l'existence d'un système de surveillance mondiale des communications et d'internet, selon Radio-Canada.
Elle subissait depuis des pressions des autorités hongkongaises et risquait l'expulsion vers son pays d'origine, selon la même source.
L'ancien sous-traitant de la NSA vit en exil en Russie. Les Etats-Unis l'ont inculpé pour espionnage et vols de secrets d'Etat.