Des mosquées turques demandent à Twitter de bannir Geert Wilders © BELGA

Une organisation représentant des dizaines de mosquées turques aux Pays-Bas a demandé au réseau social Twitter de supprimer le compte du député néerlandais anti-islam Geert Wilders, pour "conduite haineuse".


Par le biais de son avocat, la Fédération culturelle islamique turque (TICF) a envoyé vendredi une lettre aux bureaux néerlandais de Twitter, dont le contenu a été en partie dévoilé lundi par le quotidien néerlandais AD.
Dans cette lettre consultée par l'AFP, l'organisation demande à Twitter de "suspendre" le compte de Geert Wilders et, "par conséquent, de le bannir de façon permanente" du réseau social.
Pour justifier sa requête, la TICF évoque des "publications continues de messages, images et autres contenus démontrant une conduite haineuse" de la part de M. Wilders, particulièrement "vis-à-vis de la religion islamique et des musulmans dans le monde".
La fédération, qui dit représenter 144 mosquées turques aux Pays-Bas, a la "ferme opinion" que les messages publiés par le député sur Twitter "constituent une violation" de la politique du réseau social sur les comportements haineux.
La TICF a annoncé son intention d'intenter une action en justice si Twitter ne répond pas favorablement à sa demande dans les 21 jours.
Chef du Parti pour la liberté (PVV), Geert Wilders est connu pour ses positions anti-islam et s'attire régulièrement les foudres des membres de la communauté islamique. Il a rapidement réagi sur son compte Twitter, qualifiant cette démarche de "folie".