Les Etats-Unis ont demandé mardi à l'Iran de mettre fin aux restrictions d'utilisation des réseaux sociaux comme Instagram et Telegram, et ont conseillé aux citoyens iraniens d'avoir recours à des réseaux privés virtuels ("VPN") pour contourner le blocage de ces applications.

"Les gens en Iran devraient avoir accès à ces sites grâce à des VPN", a déclaré Steve Goldstein, un haut responsable du département d'Etat américain. "Plus ces sites sont disponibles, mieux c'est", a-t-il ajouté, en précisant que la page Facebook en farsi du département d'Etat comptait 700.000 abonnés.

Le président américain Donald Trump a déjà affiché son soutien aux manifestants iraniens en dénonçant le régime "brutal et corrompu" de Téhéran. Depuis le début de ce mouvement de contestation, entamé il y a six jours et qui a fait au moins 21 morts, dont 16 manifestants, le gouvernement iranien a bloqué l'accès aux réseaux sociaux Telegram et Instagram, utilisés pour organiser les mouvements de protestation.

"Nous voulons encourager les manifestants à se battre pour la bonne cause et pour permettre à l'Iran de s'ouvrir", a déclaré Steve Goldstein à des journalistes. "Notre profond désir est que le gouvernement iranien autorise les manifestants à exprimer leur contestation en paix", a-t-il ajouté.

Plusieurs observateurs ont prévenu les Etats-Unis que le soutien apporté par l'administration Trump à ce mouvement de protestation pouvait le faire apparaître comme un complot fomenté par l'étranger. "Nous sommes obligés de réagir. Ce risque existe, mais nous donnons aux gens des moyens d'exprimer leurs opinions où nous le pouvons", a commenté à ce sujet Steve Goldstein.