Bruxelles

Aujourd'hui
  • 26° 15°
  • 100%
  • SO 14km/h
La météo à 10 jours

10 actes de piratages qui ont ébranlé le monde

Le piratage est loin d'être un phénomène récent. Il va en fait de pair avec la naissance des télécommunications...

10 actes de piratages qui ont ébranlé le monde © NeydtStock

Le piratage est loin d'être un phénomène récent. Il va en fait de pair avec la naissance des télécommunications. Relativement anecdotique, le tout premier acte de piratage a eu lieu en 1903 : lors d'une démonstration publique de télégraphie sans fil prétendument sécurisée, mise au point par le physicien et inventeur italien Guglielmo Marconi, un certain Nevil Maskelyne, magicien et futur magnat de la technologie sans fil, parvint à prendre le contrôle du système et à diffuser des messages injurieux en morse. Force est de constater que les hackers du vingt-et-unième siècle ont quelque peu 'affiné' leurs méthodes. En août 2014, un collectif de cybercriminels russes est parvenu à s'emparer d'environ 1,2 milliard de noms d'utilisateurs et de mots de passe en piratant les ordinateurs de sociétés américaines et étrangères à travers le monde. Au total, les pirates ont mis la main sur les codes d'accès de quelque 420.000 sites internet, récupérant au passage 542 millions d'adresse e-mail.

Découvrez ici comment Proximus garantit à 100% que vous et vos enfants puissiez surfer sur Internet en toute sécurité.

Comptes à vendre

Comptes à vendre © Gil C

Le 21 mai 2014, le géant américain du commerce en ligne eBay a annoncé avoir été la cible, entre fin février et début mars, d'une cyberattaque portant sur le vol des données de 145 millions d'utilisateurs. Suite à ce piratage, eBay a vivement recommandé à ses clients de changer leur mot de passe. Un conseil qui semble avoir été majoritairement suivi, même si plusieurs millions de victimes potentielles n'ont pas obtempéré.

Revoilà la Russie !

Revoilà la Russie ! © gary yim

Entre 2005 et 2012, cinq cybercriminels (quatre Russes et un Ukrainien) sont parvenus à infiltrer, au moyen de logiciels malveillants, le système informatique de plusieurs institutions financières et à dérober les données de 160 millions de cartes de crédit. Au nombre des institutions visées figurait le Nasdaq, l'indice boursier de Wall Street ! Résultat des courses : 300 millions de dollars de pertes et 800.000 comptes bancaires affectés.

Représailles nord-coréennes

Représailles nord-coréennes

Sony, le géant de l'électronique, semble être une cible privilégiée des cybercriminels. En 2011, l'entreprise japonaise a révélé que des pirates informatiques avaient dérobé les coordonnées bancaires et les données personnelles de 77 millions d'utilisateurs de son service de jeux en ligne (PlayStation Network). Fin novembre 2014, Sony a subi une nouvelle attaque d'une rare violence. Un groupe de hackers, probablement nord-coréens, ont subtilisé onze terabytes de données confidentielles. Cinq films à gros budget produits ou distribués par Sony Pictures Entertainment ('Annie', 'Fury', 'Still Alice', 'Mr. Turner' en 'To Write Love On Her Arms') se sont retrouvés sur des sites de téléchargement grand public avant même leur parution en salles. Il s'agirait de représailles suite à la sortie imminente de 'The Interview', une comédie parodiant le régime dictatorial de Pyongyang.

Coupable !

Coupable ! © Hamik

Le 20 janvier 2009, la société 'Heartland Payment Systems', responsable des données numériques présentes sur les bandes magnétiques de nombreuses cartes de crédit, a annoncé avoir été la cible d'une cyberattaque. Pas moins de 650 institutions financières, 175.000 entreprises et 100 millions de détenteurs de cartes étaient potentiellement visés. Reconnu coupable, le hacker Albert Gonzalez a écopé, en 2010, de 20 ans d'emprisonnement.

Une réparation qui tourne mal

Une réparation qui tourne mal © Glynnis Jones

Début janvier, des pirates informatiques se réclamant du groupe 'Etat islamique' ont brièvement pris le contrôle des comptes Twitter et YouTube du commandement militaire américain au Moyen Orient et en Asie centrale. Un événement insignifiant en comparaison de la perte d'un disque dur confié pour réparation à la 'NARA' (National Archives and Records Administration) fin 2008. Une perte inestimable puisque sur le disque figuraient les données personnelles de 76 millions de vétérans américains, de 1972 à 2008. Commentaire de la 'NARA' : "Nous perdons 76 millions de données et personne ne semble au courant !"

Dénégation

Dénégation © Gil C

La 'JPMorgan Chase' a beau être la première banque américaine en termes d'actifs, l'épargne des clients n'est pas pour autant entièrement sécurisée. En juillet 2014, l'établissement a été victime d'une cyberattaque touchant 76 millions de ménages et 7 millions de PME. Comme si cela ne suffisait pas, la 'Chase' a fait l'objet de plusieurs enquêtes pour avoir tenté de minimiser l'ampleur de l'attaque et avoir prétendu, dans un premier temps, qu'un million de comptes 'à peine' avaient été affectés.

'Target', la cible idéale !

'Target', la cible idéale ! © Ken Wolter

A la fin du mois de décembre 2013, 'Target', le géant américain de la distribution, a indiqué avoir été victime d'une cyberattaque massive sur ses serveurs entre le 27 novembre et le 15 décembre. Le butin : les noms, adresses postales, e-mails et numéros de téléphone de 70 millions de clients. On a appris plus tard que 40 millions de numéros de cartes bancaires s'étaient également envolés, y compris les dates d'expiration et les cryptogrammes visuels. Last but not least : s'il est prouvé que Target n'était pas en conformité avec les normes de sécurité PCI-DSS au moment de l'attaque, le distributeur peut encourir une amende de 90 dollars par donnée bancaire, soit 3,6 milliards de dollars.

La fin des haricots

La fin des haricots © Aleksandra Gigowska

Même la monnaie virtuelle ne résiste pas aux hackers. Le 7 février 2014, 'MtGox', la plateforme d'échange de bitcoins, a été contrainte de jeter l'éponge après avoir été victime d'une cyberattaque de grande ampleur. Les hackers ont profité de certains 'points faibles' du système informatique pour s'approprier un montant de 460 millions de dollars !

Plus rien n'est sûr

Plus rien n'est sûr © Katherine Welles

Adobe est une entreprise bien connue des internautes, qui édite un grand nombre de logiciels graphiques (notamment Photoshop, Acrobat, Illustrator et Flash) ainsi que des logiciels vidéo et audio. En octobre 2013, la société a perdu 130 millions de données personnelles et bancaires suite à une violente attaque informatique.

Cet article me rend ...
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0