La mobilisation n'a pas faibli pour le deuxième "Mardi des blouses blanches", organisé par la CNE. Le syndicat mobilise le personnel soignant des hôpitaux en Wallonie et à Bruxelles où diverses actions sont menées. Le personnel soignant dénonce les conditions de travail du secteur.


"Le mouvement a pris de l'ampleur et la mobilisation n'a pas faibli dans les hôpitaux wallons et bruxellois. Le personnel s'est bien mobilisé en Hainaut, Namur, Bruxelles et un peu moins en région liégeoise", explique Yves Hellendorf, secrétaire national CNE Non Marchand. "Les actions ont pris différentes formes comme des réunions dans les halls des hôpitaux, affichages ou encore actions ludiques".

Le mouvement se poursuivra d'ores et déjà la semaine prochaine. "Le mouvement continue et nous faisons appel au front commun syndical. Nous voulons un plan d'action fort pour septembre pour mettre la pression sur le futur gouvernement et les fédérations patronales", ajoute M. Hellendorf.

Le secteur critique notamment le "raccourcissement de la durée de séjour et l'évolution technologique qui ont pour impact l'intensification du travail, la déshumanisation et une surcharge administrative, la destruction des solutions de fin de carrière, la recherche toujours plus grande de profit et la commercialisation de la santé", la réduction des budgets, la réforme des hôpitaux et la pénurie de personnel infirmier.

La grogne touche le secteur hospitalier depuis le début du mois de juin. Le 3 juin, une grève de 24 heures avait été organisée dans les hôpitaux publics bruxellois du réseau Iris. Le lendemain, la CNE organisait son premier "Mardi des blouses blanches" en Wallonie et à Bruxelles. Le 5 juin, c'était au tour du syndicat libéral de déposer un préavis de grève pour les hôpitaux privés bruxellois et enfin le Setca fermait la marche, le 6 juin, en déposant lui aussi un préavis de grève pour tous les hôpitaux de la zone Bruxelles-Hal-Vilvorde.