Un plan B que le cabinet d'avocats Clifford Chance a élaboré pour indemniser les coopérateurs Arco n'a jamais été soumis formellement aux autorités européennes par le gouvernement Michel, révèlent vendredi De Tijd et L'Echo.


Le cabinet Clifford Chance avait imaginé que l'État belge, Belfius et Beweging.net (ex-ACW, dont Arco était le bras financier) concluent une transaction avec les coopérateurs Arco pour les dissuader de plaider en justice qu'ils avaient été trompés sur la nature des produits Arco et que le gouvernement n'avait jamais respecté sa promesse. Les coopérateurs auraient reçu 600 millions d'euros, soit 40% de leur mise, payés en grande partie par l'État via un super dividende de Belfius, le solde par Belfius (25 millions) et Beweging.net (35 millions). Mais ce plan B n'a jamais été introduit auprès des autorités européennes.
Principal actionnaire de Dexia, Arco avait été emporté dans la chute du groupe de bancassurance belgo-français. Les coopérateurs d'Arco avaient vu leurs parts perdre toute valeur.