La décision du département américain des Affaires économiques de rompre ses liens commerciaux avec le géant des télécoms Huawei n'a pas d'incidence sur les emplois chez Huawei Technologies Research & Development à Gand, a assuré jeudi la branche européenne du groupe dans une courte déclaration à Belga.


Basée à Gand, "Huawei Technologies Research & Developement NV" est une spin-off de l'Institut de micro-électronique et composants (Imec) de Louvain, fondée en 2010. Elle a été rachetée en 2013 par Huawei et emploie environ 40 personnes.
Même après la décision des autorités américaines, les emplois dans la filiale "ne sont pas affectés", selon Huawei.
Washington souhaite couper les ponts commerciaux entre les Etats-Unis et le géant chinois, estimant qu'il pose un risque significatif d'implication dans des activités contraires à la sûreté nationale ou aux intérêts en matière de politique étrangère des Etats-Unis.
Une liste de 68 entités liées au géant chinois des télécoms Huawei a été dressée par le Département du commerce des Etats-Unis. Parmi elles, l'on retrouve une spin-off louvaniste, rachetée en 2013, active dans les semi-conducteurs, a révélé L'Echo plus tôt dans la journée.