Un Brexit sans accord entre l'UE et le Royaume-Uni doit être évité "coûte que coûte", a déclaré jeudi le Premier ministre japonais Shinzo Abe, lors d'une conférence de presse à Bruxelles.


"Nous appelons de nos voeux un Brexit ordonné", a plaidé M. Abe, rappelant que "de nombreuses entreprises japonaises ont investi au Royaume-Uni", "porte d'entrée" du Japon dans l'Union européenne.
"Nous espérons que ces entreprises pourront continuer à prospérer au Royaume-Uni", a ajouté M. Abe aux côtés des responsables européens, Donald Tusk et Jean-Claude Juncker.
Les Européens ont accepté lors d'un sommet spécial le 10 avril de repousser une nouvelle fois la date du divorce du Royaume-Uni avec le bloc européen, initialement fixée au 29 mars, au plus tard au 31 octobre.
La Chambre des Communes a déjà rejeté par trois fois l'accord de retrait conclu entre les Européens et la Première ministre britannique Theresa May, et dont le but est d'éviter le chaos potentiel d'une sortie sèche.
Ce sommet UE-Japon a également permis d'évoquer les progrès permis par l'accord commercial entre les deux partenaires entré en vigueur le 1er février et qui est le plus vaste du monde puisqu'il concerne plus de 630 millions de personnes et près d'un tiers du PIB mondial.
Le Premier ministre japonais a souligné que "face au protectionnisme qui semble se développer nous partageons la même volonté (avec l'UE, ndlr)". "Nous allons coopérer ensemble pour envoyer un message fort à la communauté internationale à l'occasion du sommet d'Osaka du G20" fin juin, a-t-il dit alors que l'Europe et le Japon traversent une phase de turbulences commerciales avec les Etats-Unis de Donald Trump.