Les ministres des Affaires étrangères des quatre pays du groupe dit de Visegrad (Pologne, Slovaquie, Hongrie, République tchèque) ont dénoncé des "mesures protectionnistes" défendues, selon eux, par la France, jeudi à l'issue d'une rencontre avec leur homologue français à Bratislava.


"Il y a une légère différence entre la France et nos pays en ce qui concerne l'avenir de l'Union européenne. Pour nous, la compétitivité est essentielle", a déclaré le chef de la diplomatie polonaise Jacek Czaputowicz, lors d'une conférence de presse commune des cinq ministres.
Selon lui, certaines des idées présentées par la France, "des mesures protectionnistes, sont préjudiciables à l'UE en tant que telle".
Ces propos ont suscité une brève riposte du ministre français Jean-Yves Le Drian.
"Je suis en désaccord avec mon collègue sur des questions de fond par rapport à la compétitivité parce que j'estime pour ma part que la compétitivité et la protection ne sont pas incompatibles. Mais comme je ne suis pas ici pour faire la campagne électorale je m'arrêterai sur ces propos de fond", a-t-il dit.
Les pays du groupe de Visegrad critiquent les solutions européennes relatives aux travailleurs détachés, la réforme des conditions de travail et de rémunération des chauffeurs routiers à l'international, tout comme les propositions d'harmonisation fiscale.