Washington a annoncé vendredi des sanctions économiques à l'encontre de la Banque de développement économique et social du Venezuela (BANDES) et de quatre filiales pour leur soutien au régime de Nicolas Maduro, et a exhorté à la libération de proches de Juan Guaido, président autoproclamé.


"Tous les biens et intérêts de ces entités et de toute filiale, détenue de manière directe ou indirecte (...) sont par conséquent saisis", selon un communiqué du Trésor.
"La détermination du cercle intime de Maduro à exploiter les institutions du Venezuela est sans limite", a déploré le ministre américain au Trésor Steven Mnuchin, cité dans le texte.
Les proches du chef de l'Etat "ont transformé la BANDES et ses filiales en des moyens de transférer des fonds vers l'étranger afin de financer (le régime de) Maduro", a-t-il dénoncé.
La BANDES est une entreprise publique vénézuélienne associée au ministère des Finances.
Juan Guaido, chef de l'opposition et reconnu comme président légitime par les Etats-Unis, avait accusé début février Nicolas Maduro de vouloir transférer à des fins personnelles d'importantes sommes d'argent par le biais d'une des succursales de la BANDES implantée en Uruguay.
Steven Mnuchin estime que Nicolas Maduro et ses collaborateurs ont détourné cette institution de sa mission: financer des projets contribuant à la croissance économique du Venezuela ainsi qu'au bien-être économique et social des Vénézuéliens.
"Le régime (de Maduro), qui utilise le kidnapping, la torture et le meurtre de citoyens vénézuéliens, ne sera pas toléré par les Etats-Unis et la coalition internationale qui est unie derrière le président Guaido", ajoute le responsable américain. Une cinquantaine de pays reconnaissent M. Guaido comme dirigeant légitime du Venezuela.
M. Mnuchin a par ailleurs exhorté à la libération immédiate de Roberto Marrero et des autres prisonniers politiques.
Le député Roberto Marrero, 49 ans, "chef de cabinet" de Juan Guaido, a été arrêté jeudi lors d'un raid nocturne à son domicile vivement condamné à l'étranger et est accusé de "terrorisme".