Plein emploi et plus de pouvoir d'achat au menu socio-économique du CD&V © BELGA

Le CD&V a présenté mardi, chez un fabricant de vélos à Beringen, son programme socio-économique pour les prochaines élections. Il passe par un objectif de créer 237.000 emplois, ce qui ferait chuter le taux de chômage en Flandre à 3%, équivalent statistique du plein emploi.


Pour y parvenir, le président du parti Wouter Beke veut prendre des mesures visant non seulement les chômeurs mais aussi activer des personnes en incapacité de travail, des personnes sous-employées, des bénéficiaires du revenu d'intégration et des personnes restant à domicile. Il veut également développer l'économie sociale.

Avec le produit de cette opération, le CD&V préconise une réduction fiscale sur les salaires à hauteur d'un milliard d'euros pour les employeurs et d'un montant identique pour les travailleurs.

Le pouvoir d'achat doit aussi augmenter: une réduction d'impôt pourrait être mise en œuvre via les frais professionnels forfaitaires. Les salaires devraient augmenter de 1,1% tout en maintenant le mécanisme d'indexation, selon le chef de groupe à la Chambre Servais Verherstraeten.

Pour les allocations familiales, le CD&V demande une double déduction jusqu'à 14 ans, une réduction d'impôt pour les soins à domicile des enfants malades et un double crédit d'impôt pour le parent seul avec enfants. Les prestations minimales, les revenus de remplacement et les pensions minimales doivent être relevés au moins au seuil de pauvreté européen, selon les démocrates-chrétiens flamands.