Goldman Sachs s'engage à recruter davantage de femmes et des minorités © BELGA

Goldman Sachs veut recruter et promouvoir à des postes à responsabilité davantage de femmes et de minorités, selon un document interne consulté lundi par l'AFP.


David Solomon, PDG depuis octobre, a imposé des objectifs ambitieux dans ce sens, selon ce document adressé aux salariés de la prestigieuse banque.
Les femmes devraient représenter 50% des jeunes recrues d'ici 2021, les Noirs 11%, les Hispaniques et Latinos 14%, sur le continent américain. Au Royaume-Uni, Goldman Sachs vise à ce que les Noirs représentent 9% au moins de ses nouvelles recrues. La banque ne fournit pas les chiffres de représentation actuelle.
Dans les banques d'affaires, les jeunes recrues, souvent embauchées à la sortie de l'université et des grandes écoles, occupent le poste "d'analyste", autrement dit ils construisent les modèles financiers permettant de valoriser les entreprises qu'ils suivent.
Ces banquiers juniors sont considérés comme des experts en modélisation financière.
Outre les jeunes recrues, Goldman Sachs veut également mettre l'accent sur la présence de femmes et de minorités dans le recrutement de banquiers, traders et analystes chevronnés.
"Deux candidats qualifiés issus de la diversité doivent être convoqués en entretien pour chaque nouveau poste", enjoint M. Solomon à ses équipes.
Goldman Sachs s'engage également à accélérer et à promouvoir la carrière des femmes et minorités en rendant son environnement de travail plus inclusif.
Ce dernier engagement devrait être concrétisé dès cette année avec les promotions au prestigieux poste de "Managing director" (MD), espère la firme.
Les "MD" supervisent des équipes qui travaillent pour eux et s'assurent que leurs chers clients sont satisfaits de leurs services. C'est un des sésames les plus courtisés chez Goldman Sachs parce qu'il donne droit à de gros bonus et avantages conséquents.
"Il est important que nous augmentions la représentation des différentes communautés à des postes à responsabilités", écrit encore David Solomon. "Les responsables des équipes vont rendre compte du travail qu'ils font pour s'assurer que l'environnement de travail est inclusif et qu'ils font des progrès vers les objectifs (de diversité) que nous nous fixons."
Pour M. Solomon, l'accès des femmes à des rôles à responsabilités permettrait de réduire le fossé en termes de rémunérations entre femmes et hommes au sein de l'établissement. Goldman Sachs doit dévoiler à la fin du mois l'écart salarial existant entre hommes-femmes au Royaume-Uni, comme l'exige la loi locale.
En 2017, les femmes représentaient 38% des salariés de Goldman Sachs aux Etats-Unis, un chiffre qui baissait à 21,6% parmi les dirigeants.
La banque explore par ailleurs de "nouveaux moyens" pour augmenter la représentation des personnes homosexuelles et transgenre ainsi que des personnes présentant un handicap.