Le quotidien l'Avenir paraîtra samedi malgré une situation toujours tendue © BELGA

Les différents titres des Editions de l'Avenir paraîtront bien samedi matin, après un jour de non-publication vendredi consécutif à un arrêt de travail la veille. La situation reste toutefois tendue au sein de l'entreprise, a appris Belga auprès de la Société des rédacteurs et de la délégation de l'Association des Journalistes Professionnels (AJP).


Une assemblée générale du personnel s'est tenue vendredi matin à l'initiative des représentants des journalistes. Ceux-ci ont ensuite été reçus par la direction vers midi. "Les discussions bien engagées au départ nous laissaient espérer un résultat positif. Mais après une interruption de séance demandée par la direction pour faire des simulations chiffrées de nos demandes, elle est revenue à ses positions initiales", regrettent la SDR et l'AJP. Elles ajoutent ne pas avoir eu accès aux simulations en question. "Il a été impossible d'obtenir les critères objectifs qui guideront les licenciements secs", déplorent-elles. "Dans ces conditions d'échec, nous conseillons à celles et ceux qui souhaitent toujours quitter l'entreprise de le signaler à la direction et de négocier individuellement leurs conditions de départ."

Jeudi soir, la direction et la délégation syndicale CNE-Setca, sans les représentants des journalistes, s'étaient entendus pour proposer une enveloppe financière supplémentaire estimée à 450.000 euros. L'objectif était d'inciter à davantage de départs volontaires afin d'éviter les licenciements secs. Les membres du personnel candidats au départ en RCC (Régime de chômage avec complément d'entreprise) ont jusqu'à minuit pour se faire connaître. Une nouvelle réunion d'évaluation entre la direction et la délégation syndicale est prévue lundi.

De leur côté, la SDR et l'AJP, qui estiment que leur action de jeudi a aidé les syndicats à obtenir cette enveloppe de 450.000 euros, regrettent aussi le refus de la direction d'appliquer la convention 'Journalistes' aux départs volontaires. En décembre dernier, le personnel et la direction des Editions de l'Avenir s'étaient accordés sur le départ de 45 équivalents temps plein, sur une base volontaire, dont 31,74 au sein de la rédaction du média.