Un peu plus d'un tiers (36%) des jeunes adultes belges regardent encore la télévision classique. Parmi ces personnes âgées de 18 à 24 ans, près de la moitié ont en outre souscrit un abonnement à un service de vidéo à la demande, ressort-il d'une étude du bureau de consultance Deloitte auprès de 2.000 personnes publiée mercredi. Netflix, Amazon Prime, YouTube et les autres sont ainsi bien plus populaires auprès des jeunes que la télévision linéaire.


L'industrie de la télé et de la vidéo a subi des changements spectaculaires en peu de temps alors que les consommateurs changent leurs habitudes à grande vitesse, constate Deloitte. La disponibilité de la vidéo à la demande, en particulier, a marqué une rupture dans leurs comportements, relève le bureau de consultance. "Le consommateur s'attend à des programmes télé et vidéo intéressants et attrayants, accessibles à tout moment et en tout lieu, dans le format qui répond le mieux à ses besoins immédiats."
Des exigences qui sont surtout comblées par les grandes plateformes de streaming. Toutes tranches d'âges confondues, 25% des Belges ont ainsi accès aux services de vidéo à la demande comme Netflix ou Amazon Prime. Au sein des 18-24 ans, ils sont 47% dans ce cas.
En réaction à la concurrence en ligne, de nombreuses chaînes de télévision proposent un large éventail de bibliothèques de médias, de plateformes de rediffusion et de nouveaux formats, à l'image d'un Auvio pour la RTBF ou d'un RTL Play pour RTL Belgium.
Chez les jeunes âgés de 18-24 ans, 48% regardent régulièrement les vidéos en ligne gratuites de plateformes comme Youtube, et 40% font régulièrement appel aux services de vidéo à la demande comme Netflix, tandis que 36% seulement sont encore des adeptes réguliers de la télévision linéaire.
"Netflix, Amazon, Apple et Google vont-ils supplanter les chaînes de télévision traditionnelles ? L'évolution rapide du marché et sa diversification constante empêchent une prédiction simple de l'avenir", répond Deloitte.
Pour le bureau de consultance, le passage au numérique sera un facteur décisif. "Le haut débit des réseaux de fibre optique et de la 5G ouvre en effet la voie à une consommation de contenus médiatiques encore plus flexible et mobile. Les techniques analytiques et l'intelligence artificielle amélioreront les fonctions de recommandation."
Simultanément, la vidéo à la demande poursuivra son expansion, prédit encore Deloitte. Cela n'empêchera pas la télévision linéaire de conserver sa place, en particulier grâce aux programmes en direct comme les matches de football.
"En tout état de cause, l'avenir de l'industrie s'annonce ultra dynamique", conclut le bureau de consultance, qui s'attend à un repositionnement des acteurs nouveaux et existants sur la chaîne de valeur, le tout dans un marché global partiellement consolidé.