Une quarantaine de coursiers de la société de livraison de repas à vélo Deliveroo, accompagnés de représentants syndicaux, ont distribué des tracts mercredi soir à la Porte de Namur, à Bruxelles, pour sensibiliser le grand public à leur situation. La direction de la société britannique a décidé de mettre un terme à sa collaboration avec la Smart, qui permettait aux livreurs de travailler sous statut salarié. A partir de demain/jeudi, ils passeront tous sous le régime d'indépendant. "Les 600 livreurs qui étaient affiliés à la Smart ne reprendront pas le travail demain/jeudi", assure Jean-Bernard Robillard, l'un des porte-paroles francophones des coursiers.

"Nous sommes toujours en colère contre la direction, qui n'a pas levé l'ultimatum du 1er février malgré les propositions des syndicats", ajoute Jean-Bernard Robillard.
Lundi soir, les négociations entre la direction et les syndicats ont échoué, la direction maintenant sa décision de faire passer tous les travailleurs sous le statut d'indépendants.
Les coursiers déplorent par ailleurs le peu de soutien apporté par le gouvernement. "Nous avons demandé aux ministres Kris Peeters (CD&V) et Alexander De Croo (Open Vld) de se positionner. Mais après les avoir soutenus, ils leur ont tourné le dos", affirme Steven Steyaert, du syndicat BTB, pendant flamand de l'UBT (FGTB).
Le changement de statut des travailleurs de Deliveroo suscite également la colère aux Pays-Bas et en Espagne.