Avec 780 bureaux de vote sur 796 recensés dans le Brabant flamand, il est sûr à 99% que le parti Union des francophones (UF) perdra son siège au Parlement flamand. Le chef du parti, Nicolas Kuczynski (MR), a reconnu dimanche soir la perte du siège et pointé du doigt la responsabilité d'Ecolo, qui a soutenu la liste Groen. Les verts francophones y bénéficiaient d'ailleurs d'un représentant, Robert De Lille, qui y figurait au cinquième rang.


"Les résultats dans les cantons électoraux de Rhode-Saint-Genèse et de Hal, qui sont très importants pour les francophones, montrent que Groen remporte beaucoup de votes. Cela s'explique par la présence de Robert De Lille, conseiller communal Ecolo de Wezembeek-Oppem, sur la liste de Groen", a déclaré M. Kuczynski. Les écologistes flamands obtiennent ainsi 17,01% des voix dans la circonscription électorale de Rhode-Saint-Genèse, soit une hausse de 7,38%.
Contrairement à 2014, Ecolo n'a pas adhéré à la liste UF mais a opté pour Groen. Cela a coûté beaucoup de voix à la liste francophone, interprète la tête de liste UF. Son parti a en effet remporté 4,01% des voix, soit un recul de 1%, et est tombé en dessous du seuil électoral.
L'UF a toujours siégé au Parlement flamand depuis 1995. Cette année-là, la formation avait obtenu 6,95% des suffrages dans le Brabant flamand, puis 5,64% en 1999, 6,52% en 2004 et 7% en 2009. En 2014, le seuil électoral avait encore été atteint. Nicolas Kuczynski, conseiller communal de Rhode-Saint-Genèse, était déjà tête de liste à l'époque.