Parlement européen: le socialiste Bullmann en appelle à des partis comme le CD&V et le cdH © BELGA

Le chef de groupe des socialistes et sociaux-démocrates (S&D) au Parlement européen, l'Allemand Udo Bullmann, a lancé mercredi un appel à certaines formations du Parti populaire européen (PPE), dont le CD&V et le cdH, pour qu'elles rejoignent après les élections une majorité progressiste formée par son parti, les Verts et les libéraux et macronistes.


"La manière dont l'Europe est dirigée doit changer fondamentalement", a affirmé lors d'un briefing avec la presse celui dont le parti a formé, des années durant, une "grande coalition" avec les conservateurs du PPE.

Mais les sondages prédisent à l'axe PPE-S&D - actuels premier et deuxième partis de l'hémicycle - la perte de leur majorité absolue.

Les socialistes disent craindre que le PPE aille chercher des soutiens à l'extrême droite, lui qui selon M. Bullmann est en train de "s'orbaniser". Le PPE a récemment suspendu de ses rangs le Premier ministre hongrois, le populiste Viktor Orban, sans l'exclure complètement. "Ils font toujours la même erreur: quand ils voient que l'extrême droite gagne en popularité, ils sont tentés de courir après elle".

Pour soutenir le Néerlandais Frans Timmermans, candidat du Parti socialiste européen à la succession de Jean-Claude Juncker (PPE), "une majorité progressiste" pourrait se constituer avec les Verts, les libéraux et les futurs élus de la liste Renaissance du président français Emmanuel Macron, estime Udo Bullmann.

Voire aussi avec certains membres du PPE, ajoute-t-il. "Le PPE n'est plus en état de diriger l'Europe, mais je n'exclus pas une collaboration avec de 'bons députés' de cette formation. Nous sommes prêts à reprendre le leadership au PPE, avec le soutien de tous les progressistes qui viendraient avec nous".

Parmi ces membres du PPE que le socialiste envisage comme alliés figurent les chrétiens-démocrates belges (CD&V, cdH et CSP, soit 4 sièges actuellement).

"Si j'étais un chrétien-démocrate belge ou scandinave, ou un gaulliste français, je réfléchirais à deux fois entre m'allier avec Matteo Salvini (ministre italien de l'Intérieur, extrême droite) ou avec Frans Timmermans", a lancé Udo Bulmann.

Le CD&V et le cdH figuraient parmi la douzaine de partis membres du PPE qui avaient réclamé l'exclusion de Viktor Orban. Mais la tête de liste cdH à l'élection au Parlement européen, Benoît Lutgen, avait ensuite souligné se sentir bien dans "le PPE d'Angela Merkel et de Michel Barnier."