Koen Geens veut sensibiliser les victimes du trafic des êtres humains à leurs droits © BELGA

La Cellule interdépartementale de coordination de la lutte contre le trafic et la traite des êtres humains va être invitée à mettre en place une action de sensibilisation afin d'informer les victimes de ce trafic qu'elles peuvent demander une protection en Belgique, indique vendredi le ministre de la Justice, Koen Geens, après qu'un enfant palestinien de 9 ans eut été retrouvé mort mercredi au centre de demandeurs d'asile de Broechem, où il résidait avec sa mère.


Selon des membres de sa famille, la mère de la victime aurait reçu un sms lui demandant 100.000 euros si elle voulait revoir son fils en vie.

En Belgique, les victimes du trafic des êtres humains ont droit à un accompagnement juridique et reçoivent un statut spécial assorti d'un permis de séjour provisoire. Mais pour obtenir ce statut, il est obligatoire de coopérer avec la Justice qui se concentre sur le démantèlement des réseaux s'étendant au-delà des frontières nationales, rappelle vendredi le ministre.