Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné Gary K. et Franco P. pour un vol avec violence commis dans une bijouterie le 15 septembre 2017. Ils écopent, chacun, d'une peine de 4 ans d'emprisonnement. Gary K. a été jugé également pour une seconde prévention. Le 8 septembre 2017, soit une semaine avant les faits, l'homme avait cambriolé le domicile d'une policière d'où il était reparti avec des uniformes qui ont servi lors du braquage.


Si le premier malfrat était en aveux des faits, le second clamait son innocence. Plusieurs éléments du dossier prouvaient le contraire. "On a des bijoux, correspondant à ce qui a été volé dans la bijouterie, qui ont été retrouvé chez Franco. Mieux, ils avaient encore l'étiquette de prix dessus. Il y a également des traces ADN sur la barre de fer et un témoin, qui se trouvait dehors, a reconnu le prévenu sur un panel photo", a indiqué la substitute Coduys.
Me Gras, avocat de Franco P., avait plaidé l'acquittement malgré les preuves accablant son client. "Les bijoux ont été acquis sur une brocante. Quant aux traces ADN sur la barre de fer, c'est un objet qui se déplace facilement, pas comme une porte d'entrée. Or, aucune trace n'a été trouvée sur la porte de la bijouterie. Concernant les tenues, si les vêtements étaient de la même taille, il me paraît compliqué que mon client rentre dans ces vêtements".
La substitute Coduys est revenue également sur un témoignage. "Il y a quelque chose qui m'interpelle. Le témoin, présent devant la bijouterie lorsque les deux individus prennent la fuite, reconnaît formellement les deux prévenus sur photo. De plus, elle a eu l'occasion de les voir de près car un des deux braqueurs est tombé sur le capot de son véhicule".
Le ministère public avait requis des peines de 4 et 5 ans d'emprisonnement.