Le taux moyen d'occupation des abris de nuit a été de 70% cet hiver à Namur, ont indiqué jeudi le collège communal et le Relais social urbain namurois. Il n'y a par ailleurs eu aucun refus pour manque de place durant leur ouverture, du 1er novembre au 31 mars.


Deux hébergements étaient proposés aux personnes en difficulté : l'un boulevard du Nord, l'autre rue Mottiaux à Jambes, pour un total de 63 lits dont un pour personnes à mobilité réduite.
Au total, 816 personnes en difficulté ont fréquenté ces deux abris de nuit durant la période du plan hiver, dont 185 pour la première fois (contre 238 en 2017-2018, où il avait fait plus froid).
Les hommes ont été largement majoritaires, introduisant pas moins de 89,8% des demandes. En termes d'âge, les plus représentés sont les 40-44 ans (15,9%) et les 35-40 ans (15,3%), suivis par les jeunes de 18-24 ans (14%) et les 30-24 ans (13,8%). Paradoxalement, les hébergements d'urgence ont connu une augmentation de leur fréquentation lors des mois de février et mars, pourtant plus doux que les précédents.
Parallèlement, le dispositif d'urgence sociale a totalisé par moins de 2.178 interventions. Les demandes concernaient principalement des aides administratives (40,4%), à l'hébergement (31,9%) et matérielles (31,9%).
Les équipes mobiles de rue ont elles réalisé 1.799 interventions auprès de 688 personnes.
Enfin, le relais santé est intervenu à 2.289 reprises au services de 1.034 personnes.