Retour des djihadistes: "en tergiversant le gouvernement belge commet une quadruple erreur" © BELGA

"Voilà 18 mois que la Belgique tergiverse concernant le rapatriement de ses ressortissants détenus en Syrie", commettant ainsi "une quadruple erreur", affirme lundi le député humaniste George Dallemagne selon qui une trentaine de personnes - hommes, femmes et enfants - sont concernés.


"En tergiversant, le gouvernement donne le sentiment qu'il fait plus confiance à la justice kurde qu'à notre système judiciaire pour nous protéger, juger les criminels et les neutraliser. Or, le Kurdistan syrien en est totalement incapable", estime ainsi George Dallemagne.

"Il prend également le risque de voir ces ressortissants libérés par les kurdes, ou s'échapper, et disparaître dans la nature" tandis que des mineurs et des femmes, "qui ne seraient pas radicalisés ou qui ne représentent pas une menace, le deviennent au contact d'autres détenus", ajoute-t-il.

Le gouvernement "laisse enfin dans ces camps des mineurs très jeunes qui nécessitent des mesures protectionnelles et tente de se débarrasser à bon compte de ce problème sur des kurdes que nous abandonnons alors qu'ils ont perdu des milliers de combattants dans la lutte contre Daech", poursuit George Dallemagne.

Selon ce dernier, une juridiction spéciale européenne pourrait être créée "pour un traitement judiciaire efficace et coordonné".