Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné lundi Antoine A., un ancien habitant de Grez-Doiceau né en 1970, à deux ans d'emprisonnement ferme. L'homme avait été dénoncé en 2017 par son ancienne conjointe, qui savait qu'il détenait chez lui une arme de poing ainsi que des munitions. Les policiers ont trouvé l'arme en question, un revolver de marque Browning, ainsi que sept cartouches. Le prévenu, qui a déjà encouru plus de vingt condamnations, ne se remet pas en question, souligne le jugement.


Antoine A. multiplie les ennuis devant le tribunal correctionnel depuis plusieurs années, et il a déjà été plusieurs fois poursuivi pour des faits de menaces et des violences envers son ex compagne. C'est celle-ci qui a déposé plainte contre lui en 2017, en expliquant qu'il détenait une arme et des munitions. Les policiers qui l'ont entendu ont saisi ce revolver Browning ainsi que sept cartouches, que le prévenu disait avoir trouvé sur un chantier.
Pour définir l'importance de la sanction à infliger au prévenu, le tribunal qui est allé au-delà des réquisitions du ministère public souligne dans son jugement les 22 antécédents d'Antoine A. ainsi que le risque létal que présentait l'arme et le fléau que constituent les armes à feu en général. Il souligne également l'absence de remise en question dont le prévenu fait preuve, précisant au passage qu'il n'a pas respecté les conditions qui avaient été mises à son interruption de peine.